13:50

Mauvaise gestion

Les étudiants gabonais abandonnés à eux-mêmes en Afrique du sud par l’ANBG


International
  • Les étudiants gabonais abandonnés à eux-mêmes en Afrique du sud par l’ANBG © 2019 D.R./Info241
Publié le 8 mars 2019 à 11h52min

L’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) aurait-elle oublié de prendre soin des étudiants gabonais d’Afrique du Sud ? Oui, semblent répondre nos jeunes compatriotes envoyés pour y faire des études. L’ANBG brillerait par des retards de paiements quant elle ne peine pas à régler la scolarité de ces étudiants. Les plaçant indirectement ou volontairement, c’est selon, dans une précarité qui n’a pas de nom.

Les étudiants boursiers gabonais sont dans de sales draps financiers orchestrés par l’Etat gabonais. Nos compatriotes sont en effet dans le désarroi total, livré aux caprices de paiement de l’agence censée assurer dans les temps, le paiement de leurs frais de scolarité et leur survie dans ce pays ami. De Johannesburg à Cap Town, ces derniers observent des retards de paiement d’une extrême violence.

Selon les informations recueillies par la rédaction d’Info241 sur place, il ressort par exemple que les allocations de bourse du 4e trimestre comptant pour l’année académique 2017-2018, n’ont été soldées... qu’en février 2019 ! Et cela avec de nombreuses anomalies et irrégularités dans les sommes allouées aux étudiants, nous ont confié les concernés. Des décalages de paiement qui ne sont pas sans conséquence pour ces apprenants.

Plus pressant encore, l’agence des bourses demande désormais aux mêmes étudiants de leur faire parvenir leur demande de renouvellement de bourse pour le 18 avril 2019 au plus tard. Or pour beaucoup d’entre eux, leur scolarité n’est toujours pas réglée par la même ANBG pour l’année en cours. Ainsi, ils seront dans l’incapacité de fournir la moindre preuve officielle d’inscription ou de réinscription car ces documents ne peuvent être délivrés aux étudiants que si les frais relatifs à leur scolarité aient été soldés.

Quant aux universités sud-africaines accueillant nos étudiants, aucune d’entre elles ne veut les enregistrer pour l’année académique en cours sans preuve de paiement émanant de l’ANBG et de son agence comptable. Un véritable casse-tête chinois à la sauce gabonaise ! D’où l’interpellation faite aux hautes autorités de l’Etat par ses étudiants sur la mauvaise gestion dont ils sont victimes au pays de Nelson Mandela.

Affaire à suivre...


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile