Opération Scorpion

Les avocats du député Justin Ndoundangoye dénoncent son incarcération « arbitraire »

Les avocats du député Justin Ndoundangoye dénoncent son incarcération « arbitraire »
Les avocats lors de leur conférence de presse hier, à Libreville © 2020 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/les-avocats-de-justin-ndoundangoye-denoncent-son-incarceration,4859
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/4859

Au cours d’une conférence de presse qu’ils ont animé hier à Libreville, les avocats de l’ancien ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, sont montés au créneau pour dénoncer sa détention « arbitraire » intervenue le 9 janvier dans le cadre de l’opération scorpion. Me Calvin JoB et Me Cédric Maguisset ont annoncé devoir saisir les instances internationales pour faire reconnaître les droits de leur client qui seraient actuellement bafoués par la justice gabonaise.

Justin Ndoundangoye n’a toujours pas dit son dernier mot face aux accusations de détournements de fonds publics qui pèsent contre lui et qui lui ont valu son incarcération la semaine dernière à la prison centrale de Libreville. Selon ses avocats qui tenaient ce mercredi une conférence de presse, sa détention préventive serait arbitraire.

Le député Justin Ndoundangoye continue de plaider son innocence malgré son incarcération le 9 janvier

Pour étayer leurs propos, les avocats du député du 2e arrondissement de Franceville (Haut-Ogooué) ont pointé le non respect des procédures en vigueur lors de l’interpellation de leur client par les agents de la DGR. Justin Ndoundangoye étant l’une des nombreuses victimes de l’opération mains-propres des autorités gabonaises qui ne semble concerner que les proches de l’ancien directeur de cabinet présidentiel, le franco-gabonais Brice Laccruche Alihanga Fargeon.

Concernant l’état de santé de leur client, les deux avocats ont affirmé que Justin Ndoundangoye se portait bien et restait serein car, il ne se reproche de rien. Avant d’annonce qu’une procédure est en cours pour amener le Gabon à respecter ses engagements auprès des instances de droits de l’homme de l’ONU. Engagements que le pays d’Ali Bongo ne semble pas avoir respecter dans le cas Ndoundangoye, à en croire les avocats.

Justin Ndoundangoye et 19 autres cadres de la République ont été arrêtés au lendemain du scandale des 85 milliards de francs CFA disparus des caisses de la compagnie pétrolière nationale Gabon Oil Company. Depuis son arrestation, des voix s’élèvent pour demander la libération de l’ancien ministre des Travaux publics et cadre politique du Haut-Ogooué, le fief électoral d’Ali Bongo.


Commenter l'article