16:54

retour du MOGABO

Les « amis » d’Ali Bongo continuent de défier le Parti démocratique gabonais


Politique
  • Les principaux tenanciers de cette conférence, hier à Libreville © 2017 D.R./Info241
Publié le 4 août 2017 à 06h41min

Et de deux ! Malgré les critiques reçues suite à leur sortie du 28 juillet, les 5 faucons du régime d’Ali Bongo ont ameuté leurs soutiens et se sont présentés hier cette fois à 10. Ils continuent de clamer haut et fort leur amour pour Ali Bongo, ses "réalisations" dans une économie gabonaise clairement en crise. Bien que la présidentielle controversée soit "derrière eux", les amis du président continuent leur "campagne" de séduction visant à défendre le bilan d’Ali Bongo et son ’’élogieux septennat 2009-2016" en lieu et place de son parti officiel et même de la voix officielle du gouvernement.

Si lors de leur précédente sortie l’on notait la présence seule de Alain-Claude Billie-By-Nzé, Pacôme Moubelet, Blaise Louembé, Simon Ntoutoume Emane et Ali Akbar Onanga Y’Obégué. Cette fois, le mouvement a été ragaillardi par la présence de Christian Magnagna (Ministre des Mines), Madeleine Berre (Ministre de la Promotion des Investissements privés, du Commerce, du Tourisme et de l’Industrie), Denise Mekam’ne (Ministre de l’Enseignement supérieur), Régis Immongault (Ministre de l’Economie) et Désiré Tapoyo (ancien ministre).

Les "amis" d’Ali Bongo désormais à dix, hier lors de leur seconde conférence de presse

Pour répondre aux critiques du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968) sur l’opportunisme de leur précédente conférence de presse, les "amis" d’Ali Bongo ont lancé sèchement : «  Il faut dire que chacun choisit d’occuper son temps comme il veut. Nous avons choisi d’occuper le nôtre à défendre la politique du chef de l’Etat son excellence Ali Bongo Ondimba et défendre sa personne. D’autres choisissent de passer leur temps à critiquer ce que nous faisons. C’est bien pour eux et allez leur dire d’ailleurs que nous avons fait une 2ème conférence de presse aujourd’hui  ».

A y regarder de près, le torchon brûle désormais entre ses cadres du parti au pouvoir et du gouvernement d’avec la hiérarchie du parti et certains de leurs collègues dont Mathias Otounga Ossibadjouo (Ministre du Budget) au pouvoir qui n’avait pas vu d’un très bon œil ce type de conférence dans un Gabon toujours meurtri et divisé par la présidentielle controversée du 27 août dernier. Ces amis "fidèles" d’Ali Bongo ont tenté de vanter malgré la crise évidente qui secoue depuis un an le pays, le Gabon se portait bien grâce aux politiques inspirées par Ali Bongo. Celles-ci ne tarderaient plus à porter leurs fruits d’ici peu, ont tenté de vendre les conférenciers à la presse présente.

Une démarche plutôt mal comprise dans l’opinion et dans la classe politique où l’on trouve presque personne pour soutenir l’initiative de ces 10 personnalités "fidèles" à Ali Bongo alors que la présidentielle est dite derrière eux. Ce pied de nez au PDG et au gouvernement lui-même, censé défendre la politique du président pose véritablement question, notamment sur le silence complice du Premier ministre qui se voit ravir la vedette par ces anciens instigateurs du regretté Mouvement gabonais pour Ali Bongo Ondimba (Mogabo) qui avait pourtant été dissout.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile