18:45

Messe œcuménique

Les Altogovéens ont imploré le ciel samedi pour obtenir la guérison d’Ali Bongo


Société
  • Une vue de la tribune d’honneur de cette messe réservée aux Altogovéens © 2018 D.R./Info241
Publié le 10 décembre 2018 à 06h56min

L’accident vasculaire cérébral (AVC) dont a été victime Ali Bongo et les séquelles qui en découlent, inquiètent au plus haut point les habitants de son fief électoral : le Haut-Ogooué. Samedi, à l’appel du ministre gabonais de l’Intérieur, Lambert-Noel Matha, la place des fêtes de Franceville a prêté son cadre à une messe œcuménique toute spéciale, convoquée pour obtenir par des prières le rétablissement d’Ali Bongo.

Lire aussi >>> Le ministre gabonais de l’Intérieur invite les Altogovéens à prier pour Ali Bongo

Comme annoncé, Lambert-Noel Matha et plusieurs membres du gouvernement originaire de la province du Haut-Ogooué se sont retrouvés ce samedi à Franceville pour prier pour leur "frère" Ali Bongo, victime le 24 octobre dernier d’un AVC en Arabie Saoudite. C’est donc pour demander la guérison de celui qui dirige le Gabon depuis 2009, que plusieurs Altogovéens ont donné de la voix samedi pour implorer le seigneur.

Une vue de la place des fêtes

Venus des quatre coins de la province chère à Ali Bongo, les populations ont même tenu à esquisser quelques pas de danse durant la cérémonie pour magnifier leur "communion fraternelle". Convaincu que Dieu sauvera son mentor et patron, Lambert-Noël Matha s’est même improvisé grand connaisseur de la Bible. Le membre du gouvernement gabonais a tiré des saintes écritures que « la souffrance ne dure qu’un temps, mais la gloire qui en jaillie est éternelle ».

Le ministre-pasteur pour l’occasion, n’a pas assuré le culte tout seul. Il a pu compter sur la présence experte de quatre responsables religieux regroupés par communautés : le pasteur Guy-Joël Bourobou (église de réveil), le pasteur Landry Ngouaka (église évangélique), l’imam de Franceville Ben Yamine Andjoua Obolo et le père Prospère Pembe (église catholique).

La prière, rien que la prière

Un parterre de religieux qui n’avait qu’une prière commune : celle de demander à Dieu la guérison d’Ali Bongo. Guérison que les détracteurs du convalescent Ali Bongo ne souhaitent nullement. Répondant à ceux-ci, le père Prospère Pembe a ,comme pour conjurer le sort voulu funeste par ces assaillants, indiqué que « souhaiter la mort d’un vivant est une manière de prolonger sa vie ».

Rappelons qu’Ali Bongo a séjourné 5 semaines à Riyad avant de gagner l’hôpital militaire de Rabat au Maroc le 29 novembre. Il serait hors de danger mais ses soutiens continuent de multiplier les prières et les invocations aux dieux pour obtenir sa guérison totale.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile