06:58

Impatience

Législatives 2018 : Guy Nzouba déplore les lenteurs du gouvernement gabonais


Politique
  • Le président des Démocrates hier, lors de son discours de circonstance © 2018 D.R./Info241
Publié le 11 mars 2018 à 22h23min

Le parti « Les Démocrates » de l’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise, Guy Nzouba Ndama, a soufflé hier sa toute première bougie d’existence. Occasion pour le président de ce parti d’opposition de déplorer les lenteurs du gouvernement dans l’organisation des futurs législatives dont la date officielle n’est toujours pas connue.

Le président des Démocrates qui a été le premier à annoncer sa participation aux législatives gabonais est toujours sans nouvelle de la date de cette échéance. Guy Nzouba Ndama a dénoncé samedi, les lenteurs de l’ensemble de l’Exécutif sur la question de l’organisation des prochaines élections législatives dont la date du 28 avril 2018 avait été fixée par la Cour constitutionnelle, suite à la saisine du gouvernement pour un report.

A l’approche de cette date, notamment à moins de deux mois, le président de la formation politique « Les Démocrates » a dit ne pas voir clair tout en relevant le fait que jusqu’à ce jour, rien ne présage la tenue des élections législatives.

L’allocution de Guy Nzouba Ndama

« Lors d’une interview accordée à l’hebdomadaire Echos du Nord, nous n’avons pas manqué de situer notre salut dans la perspective des prochaines élections législatives ; bien que le gouvernement en place semble manifestement perplexe et confus à l’idée de les organiser. Le flou persiste. Aucune date avancée pour les opérations d’enrôlement. Aucune ombre perceptible à l’horizon concernant le fameux Centre Gabonais des Elections », a-t-il dit.

Il a rappelé d’une part, que « Les Démocrates》 ont rencontré la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsouo pour lui prendre à témoin, et d’autre part que certaines formations politiques de la Coalition de l’Opposition ont également attiré l’attention du ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha au cours de la réunion qu’il a eue, mardi dernier, avec les partis politiques.

Pour l’ancien baron du Parti démocratique gabonais, que cette situation constitue un risque de mécontentement des populations victimes des promesses non tenues par le gouvernement.

« Cependant, croyant faire du temps un allié susceptible d’anéantir la colère du peuple gabonais, le gouvernement en place ignore qu’il ne fait qu’augmenter son exaspération et alimenter son sentiment de révolte. D’autant plus qu’aux piétinements de l’Exécutif sur la question électorale, s’ajoute, la liste des promesses présidentielles qui ne cessent d’aiguiser les attentes. Des accouchements gratuits à l’hydraulique villageoise, en passant par les hôpitaux mobiles et les restaurations des bâtiments scolaires », a-t-il déclaré.

Parlant du bilan de son parti en un an d’existence, il a qualifié le bilan de « positif » à en juger le « potentiel électoral » qu’il est devenu et caractérisé notamment par le nombre important d’adhésions enregistrées par le secrétariat général de cette formation politique, le travail de sensibilisation abattu par les structures de base sur le terrain pour expliquer l’idéologie.

Le parti « Les Démocrates » a été créé le 11 mars 2017 sous les cendres de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG), dirigée par l’ancien maire de la commune de Lambaréné, le Dr. Séraphin Davin Akouré qui disposait de l’agrément du ministère de l’Intérieur.

L’ANG a tenu son deuxième congrès extraordinaire le 11 mars 2017 à Libreville. Congrès au terme duquel, Guy Nzouba-Ndama a été élu président du nouveau parti « Les démocrates ».


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile