05:55

Crise institutionnelle

Le Premier ministre gabonais devra rendre son tablier à Ali Bongo, même convalescent !


Politique
  • Mborantsuo lors de son échange avec la presse gouvernementale © 2018 D.R./Info241
Publié le 19 novembre 2018 à 09h37min

On en sait désormais un peu plus sur la démission du gouvernement gabonais, prévue par la Constitution après le renouvellement de l’Assemblée nationale. Malgré la maladie qui accable toujours Ali Bongo, la présidente de la Cour constitutionnelle qui a dû modifier la constitution pour pas déclarer la vacance de pouvoir, a affirmé que le Premier ministre Issoze Ngondet irait se devra d’aller déposer sa lettre de démission à Ali Bongo même si ce dernier est toujours convalescent.

Les prochains jours pourraient s’annoncer pittoresques pour le Gabon dont les institutions vivent au gré de la santé préoccupante d’Ali Bongo. Dans une interview publiée samedi dans le quotidien pro-gouvernemental l’Union, la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo qui continue de cristalliser l’attention et la colère de nombre de gabonais, a déjà un scénario pour la suite des événements.

Une soixantaine de recours pour les législatives

Après s’être donnée le droit de combler les « lacunes » de la Constitution gabonaise, Marie Madeleine Mborantsuo a sa petite idée pour la suite de la crise institutionnelle que connait le pays suite à l’hospitalisation prolongée d’Ali Bongo depuis le 24 octobre.

« La Cour constitutionnelle va proclamer les résultats à l’issue de l’examen d’une soixantaine de recours actuellement pendants devant elle. Donc, nous pensons que dans trois à quatre semaines, les résultats seront rendus publics », a-t-elle indiqué à nos confrères. Et de rappeler que : « à partir des saisines, la haute juridiction dispose de deux mois pour vider le contentieux ».

La démission « automatique » du gouvernement

Concernant le retour de l’assemblée nationale qu’elle a dissoute le 30 avril dernier, la magistrate a indiqué qu’au terme de la proclamation des résultats des élections d’octobre, « le gouvernement démissionne ». Et : « dans les dix jours suivant la proclamation des résultats de l’élection des députés à l’Assemblée nationale, ceux-ci seront appelés à se réunir et élire les membres du bureau de l’Assemblée nationale ».

Mborantsuo prévoit ainsi une démission automatique du gouvernement Issoze Ngondet : « il y aura, comme la Constitution le prévoit, démission automatique du gouvernement et mise en place du bureau de l’Assemblée nationale ».

Issoze Ngondet ira au chevet d’Ali Bongo pour démissionner

A la question de savoir à qui Emmanuel Issoze Ngondet rendra son tablier, la présidente de la Cour constitutionnelle n’a laissé aucune place au doute : « Vu que le président de la République est en convalescence. S’il l’est toujours, le Premier ministre se fera devoir d’aller la lui remettre ».

Ainsi, si Ali Bongo se trouve toujours à Riyad en Arabie Saoudite, le Premier ministre devra donc trouver le moyen d’aller remettre en mains propres sa démission à un président « convalescent » dont les médecins recommandent le repos. Voici dépeint, le futur institutionnel que prédit Mborantsuo pour son pays.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile