19:59

Pillage économique

« Le peuple gabonais assiste impuissant au pillage de son pays », dénonce Luc Bengone Nsi


Analyse
  • « Le peuple gabonais assiste impuissant au pillage de son pays », dénonce Luc Bengone Nsi © 2019 D.R./Info241
Publié le 15 juin 2019 à 19h21min

Plutôt que de se borner à commenter le remaniement gouvernemental d’Ali Bongo et l’arrivée du britannique Lee White aux Forêts, l’opposant historique Luc Bengone Nsi a préféré lui dénoncer jeudi sur sa page Facebook, « un niveau qui ne permet plus d’envisager l’avenir avec sérénité ». Déplorant que l’économie du Gabon soit gangrenée par un « système qui permet aux entreprises étrangères de continuer à piller sans inquiétude les richesses du Gabon ».

L’actuel président Mouvement de redressement national (Morena, opposition radicale), Luc Bengone Nsi, ne voit pas l’avenir du Gabon en rose. Réagissant à l’actualité récente du Gabon marquée notamment par le scandale du Kevazingate, l’opposant gabonais s’est interrogé « plus que par le passé, si nous nous trouvons encore dans un Etat différent d’une jungle ou si les Gabonais autochtones pourront encore gérer ce Gabon un jour ? ».

Ce tableau sombre du pays, Luc Bengone Nsi l’étaye en convoquant plusieurs questions de transparence économique laissées selon lui sans réponse :

  • Qui peut donner aujourd’hui la quantité de pétrole extrait du sous-sol gabonais et à quel prix il est acheté et à combien il est vendu sur les marchés internationaux ?
  • Qui peut dire quelle quantité de manganèse est extraite du sous-sol de Moanda et de Ndjolé et à combien elle est vendue sur les marches internationaux ?
  • Tout récemment, l’exploitation du kevazingo a tenu la une de la presse nationale, qui peut dire au peuple gabonais, avec le déforestage intensif actuel, le nombre de m3 de bois (billes, contreplaqués et planches) exportés du Gabon maintenant, le coût du m3 à au Gabon et le prix à la vente à l’extérieur ?
  • Qui peut nous préciser les quantités d’or exploitées par l’Etat gabonais à Mikebe près de Minvoul et les quantités exploitées dans l’Ogooue-Lolo par un Etat étranger et le prix de vente sur le marché national et les différents cours sur les marchés internationaux ?
  • Qui peut dire au peuple gabonais, le nombre de chalutiers qui sillonnent nos côtes pour pêcher les poissons, les quantités de poissons péchés et le montant versés dans les caisses de l’Etat ?
  • Qui peut dire aujourd’hui au peuple gabonais au moment où le prix des carburants à la pompe connaissent une augmentation vertigineuse, ce que deviennent les 25% de la production pétrolière destinée à la consommation intérieure qui ont permis à un ancien conseiller d’Omar BONGO de détourner près de 21 milliards de F.CFA sur le dos du peuple gabonais ?
  • Qui peut nous donner le montant versé dans les caisses de l’Etat, par le PMUG comme taxes sur les jeux ?
  • Qui peut aujourd’hui recenser le nombre de sociétés pétrolières, forestières, minières etc installées au Gabon immatriculées ou non ?
  • Qui peut dire au peuple gabonais les tonnes de caoutchouc produites par SIAT et OLAM et le montant de ce caoutchouc sorti du sol gabonais vendu sur le marché international ?

Le coup de gueule de l’opposant

Et l’opposant de poursuite sa charge contre le régime, en indiquant que « le grand drame est qu’alors que ce pays est complètement dépouillé de ses possibilités de développement. On favorise une immigration massive et sauvage pour noyer les autochtones et parfois les étouffer en les exterminant de différentes manières ». Luc Bengone Nsi insiste « On est bien depuis parvenu également et aisément à arracher le pouvoir des mains des Gabonais depuis le Coup d’Etat de 1964, car c’est pratiquement à la fin de son long règne de 42 ans que le Gabon et les Gabonais se rendent finalement compte qu’Omar BONGO était réellement d’origine centrafricaine et n’aimait vraiment pas le Gabon ».

Pour cet opposant historique au régime Bongo, véritable problème du Gabon est économique : « Aujourd’hui les Gabonais se focalisent exclusivement sur la recherche du pouvoir alors que ce système semble établi pour les détourner totalement de la réalité économique ». Avant de conclure : « Peuple gabonais, rappelles-toi toujours que pour en arriver là la France s’appuie sur la force, les loges, les Eglises, la monnaie, la langue etc. Il faudrait que nous retenions que rendus esclaves sur notre propre territoire, nous devrons prendre nos responsabilités pour nous libérer d’une manière ou d’une autre ».


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile