Commission électorale

Le PDG et ses alliés continuent de se chercher des représentants pour le CGE

Le PDG et ses alliés continuent de se chercher des représentants pour le CGE
Une des nombreuses réunions que multiplient le parti d’Ali Bongo et ses alliés © 2018 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/le-pdg-et-ses-allies-continuent-de-se-chercher-des-representants,3523
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/3523

Depuis l’annonce faite aux partis politiques de soumettre la liste de leurs représentants pour le Centre gabonais des élections (CGE), le parti au pouvoir et ses alliés continuent leurs conciliabules. Alors que ceux de l’opposition ont déposé lundi leur liste de 9 représentants, la majorité présidentielle continue de chercher un consensus entre ses membres pour cet important organe électoral, censé faire perdurer leur hégémonie politique qui dure voilà 50 ans.

La majorité présidentielle d’Ali Bongo n’arriverait-elle pas à se mettre d’accord sur la liste de ses 9 représentants au CGE ? La question est depuis vendredi au menu d’une série de consultations internes que dirige le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968) avec ses alliés.

Le choix cornélien des représentants est capital pour la majorité qui souhaite conserver la majorité à l’Assemblée nationale. D’où le choix judicieux de ces personnalités devant également concourir à la présidence du CGE. Parmi ces 9 noms attendus, 4 siégeront au comité ad hoc en charge de la réception et de l’examen des dossiers de candidatures, au poste de président du CGE et 5 autres au collège spécial, chargé d’élire le président du CGE.

Alors que l’opposition s’est acquittée lundi de cette tâche à l’issue d’un vote de ses 41 membres, il semblerait que la tache soit plus ardue pour la majorité présidentielle tant elle pourrait y perdre des plumes. Le CGE, cette nouvelle institution électorale paritaire aura la lourde tache d’organiser les futures échéances électorales pour les deux années à venir. D’où l’intérêt de bien choisir ces soldats du pouvoir qui aura l’insigne honneur de s’assurer de la victoire du PDG, qui perdure depuis 1968.

Rappelons que c’est le parti d’Omar Bongo qui, une fois créé, avait mis en place le régime du parti unique et donc des victoires électorales sans bavures. Même après le retour au pluralisme politique en 1990, le parti au pouvoir et ses alliés se sont toujours taillés la part du lion dans toutes les élections qui se sont organisées dans le pays. Une tradition que le parti qu’a hérité Ali Bongo après la mort de son père, compte bien continuer à perpétuer depuis déjà un demi-siècle.


Commenter l'article