09:41
URGENT >>>

Crépin Gwodock et le beau-père d’Ali Bongo humiliés à leur tour à Paris


Dégraissage diplomatique

Le Gabon veut réduire de 30% son personnel diplomatique établi à l’étranger


Economie
  • Pacôme Moubelet Boubeya et le Premier Ministre turc Binali Yıldırım, le 31 mai dernier © 2017 D.R./Info241
Publié le 14 juin 2017 à 06h02min

C’est l’annonce faite la semaine dernière par le ministre des Affaires étrangères Pacôme Moubelet Boubeya. Reconnaissant que le pays qui compte 32 représentations à l’étranger, comptait plus de 600 agents, un effectif jugé pléthorique au regard de la crise financière que traverse actuellement le Gabon. D’où une réduction de 30% annoncé pour ramener le personnel diplomatique gabonais à un niveau "acceptable".

Vers un dégraissage forcé du personnel diplomatique gabonais établis à l’étranger. C’est ce qu’a annoncé vendredi le patron de ce ministère à Paris, lors de l’installation du nouvel ambassadeur du Gabon en France, Flavien Enongoué. En toile de fond, le coup trop élevé de l’entretien et autres avantages du personnel diplomatique et la grave crise financière que traverse le pays d’Ali Bongo.

Lire aussi >>> Flavien Enongoué nommé nouvel ambassadeur du Gabon en France

« Le ministère des Affaires étrangères a plus de 600 agents à l’étranger. C’est énorme. Il faut une diminution nette des effectifs de 30% car ça coûte très cher à l’Etat gabonais », a révélé Moubelet Boubeya vendredi à Paris. Une masse salariale qui devient très pesante pour les finances publiques et pour le contribuable gabonais, apprend-on.

Ainsi de plus de 600 agents actuellement, ce nombre pourrait être porté à moins de 420 diplomates. Le Gabon compte 32 ambassades et de très nombreux consulats et consulats honoraires à travers le monde. Ce qui fait une moyenne de 19 diplomates par représentation. Un effectif jugé désormais pléthorique par le patron de la diplomatie gabonaise.

Cette cure d’amaigrissement ne signifie pourtant pas l’abandon par le Gabon des secteurs vitaux de son action diplomatique, mais plutôt d’un recadrage visant prioritairement les intérêts du pays à l’étranger, a insisté Moubelet Boubeya. Reste à connaitre le chronogramme de ce dégraissage annoncé dans un pays très endetté recourant de plus en plus à l’émission de ses bons du Trésor public sur les marchés pour renflouer sa trésorerie.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile