11:35

Prélèvement obligatoire

Le Gabon va de nouveau taxer le salaire de ses fonctionnaires aux « hauts revenus »


Economie
  • Des fonctionnaires gabonais tentant de percevoir leur bon de caisse, en juillet 2018 à Libreville © 2019 D.R./Info241
Publié le 30 mars 2019 à 14h54min

Encore une décision à mettre à l’actif des mesures d’austérité dégainées depuis juin 2018 par les autorités gabonaises. Le conseil des ministres tenu hier à Libreville, a entériné une nouvelle taxe qui sera ponctionnée directement tous les mois sur les salaires des agents publics touchant plus de 650.000 FCFA. Une énième taxe qui s’ajoute aux nombreux prélèvements à la source présents sur la fiche de paie des fonctionnaires.

Et un impôt de plus pour les fonctionnaires gabonais ! Le gouvernement gabonais a acté hier la mise en place d’une nouvelle taxe obligatoire sur les salaires dénommée Contribution de solidarité sur les hauts revenus (CSHR). Celle-ci sera prélevée chez « toute personne qui émarge au budget de l’Etat et qui perçoit une rémunération mensuelle brute supérieure ou égale à 650 000 francs CFA », rapporte le communiqué final des travaux.

Ce prélèvement obligatoire variera entre 5 et 15% en fonction du salaire du fonctionnaire. Ceux touchant entre 650 000 FCFA et 1 500 000 FCFA seront taxés à hauteur de 5% de leurs revenus. Ceux se situant entre 1 500 001 FCFA et 2 000 000 FCFA devront laisser 10% de leurs revenus dans les caisses du Trésor public. Enfin ceux touchant 2 000 0001 FCFA et plus devront contribuer à hauteur de 15%.

Considérés comme percevant de « haut revenus », les fonctionnaires dont le salaire est supérieur ou 650 000 FCFA sont ainsi invités à la solidarité. Le texte présenté par la ministre de la Fonction publique ne précise pas à quoi servira l’argent récolté avec cette nouvelle taxe de solidarité. Encore moins comment cela impactera ceux touchant des salaires plus bas grâce à cet argent issu du CSHR.

Ce n’est pas la première fois que les autorités gabonaises s’attaquent aux salaires de ses fonctionnaires. Le 21 juin dernier, le Conseil des ministres avait décidé d’une décote allant de 5 à 15% sur les salaires des agents des administrations publiques et autres institutions de l’Etat. Une décision qui avait fait bondir les organisations syndicales.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile