17:49

Endettement

Le Gabon va à nouveau s’endetter de 64,6 milliards pour financer le projet Graine


Economie
  • Le Gabon va à nouveau s’endetter de 64,6 milliards pour financer le projet Graine © 2018 D.R./Info241
Publié le 13 avril 2018 à 06h31min

Alors que la moindre étincelle de résultats se fait toujours attendre autour des retombées du programme Graine, initié par Ali Bongo, le Gabon va emprunter pour financer ledit projet près de 4 ans après son lancement. Cette fois, ce seront 64,6 milliards que le pays s’est autorisé hier à contracter auprès de la Banque africaine de développement (BAD) pour financer le faramineux projet conçu à l’origine pour être la panacée du développement et de « l’émergence » de l’agriculture au Gabon depuis décembre 2014.

Le Gabon va de nouveau pouvoir s’endetter pour financer l’un des projets phares du premier septennat d’Ali Bongo aux résultats mitigés. Le conseil des ministres de ce jeudi 12 avril a en effet, autorisé le gouvernement gabonais à contracter ce nouvel emprunt d’un montant total 64,6 milliards de F.CFA soit 94,541 millions d’euros auprès de la BAD. La BAD, rappellent les autorités gabonaises, ne prêtait plus d’argent au Gabon dans le domaine agricole depuis déjà plusieurs decennies.

Bien que le communiqué sanctionnant les travaux de ce conseil de ministres soit resté peu loquace sur l’utilité de cette manne financière, l’ancien ministre de l’Agriculture Yves-Fernand Manfoumbi avait indiqué le 28 novembre 2017 que ce prêt - le premier de la BAD depuis 20 ans - devrait contribuer "au financement des infrastructures sociales et agricoles nécessaires à la promotion des coopératives et de l’entreprenariat agricoles des jeunes et des femmes, des actions de formation, d’organisation et de professionnalisation des bénéficiaires, les « agripreneurs »".

Yves-Fernand Manfoumbi et le patron de la Bad, lors de l’annonce de l’octroi de ce prêt le 28 novembre 2017 à Abidjan

Avec le programme Graine pour Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés, Ali Bongo promettait aux gabonais l’autosuffisance alimentaire et la diversification de l’économie. Depuis les produits locaux n’ont guerre envahi les marchés dans un pays qui débourse chaque année entre 250 et 300 milliards pour s’approvisionner en denrées alimentaires. Espérons cette fois qu’avec ses 64,6 milliards de pret, le Gabon parvienne enfin à résorber ce gap.

Rappelons que le projet Graine mis en place avec l’aide de firme Olam - devenu l’un des principaux partenaires privés des autorités gabonaises -, c’était la promesse de l’exploitation de plus de 200.000 ha sur 5 ans à travers cinq provinces : l’Ogooué-Ivindo, l’Ogooué-Lolo, le Woleu-Ntem, le Haut-Ogooué et la Nyanga.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile