21:10

Dette publique

Le Gabon emprunte 115 milliards pour régler une vieille dette devenue trop pesante


Economie
  • Le Gabon emprunte 115 milliards pour régler une vieille dette devenue trop pesante © 2017 D.R./Info241
Publié le 20 août 2017 à 12h45min

La course à l’endettement du Gabon ne faiblit toujours pas. Le 7 août dernier, le pays dirigé par Ali Bongo, a réussi à lever 115 milliards de nos francs sur les marchés internationaux grâce à l’émission d’un nouvel emprunt obligataire. Cependant, l’argent récolté ne servira pas à financer des projets de développement ou d’investissement mais à dégraisser son encours d’endettement dont l’un d’entre eux avait atteint des sommets inégalés. En clair, le Gabon a réalisé cet emprunt pour ne pas se retrouver dans l’incapacité d’emprunter de nouveau sur les marchés.

Régis Immongault Tatagani peut tout de même avoir le sourire. Sous sa direction, le ministère de l’Economie a pu lever l’équivalent de 200 millions de dollars sur les marchés financiers internationaux. Pour autant, cette manne financière ne servira pas à renflouer les caisses du Trésor public qui connait d’énormes tensions de trésorerie depuis plus d’un an, mais à rembourser une précédente émission obligataire contractée en 2007 par l’Etat gabonais et dont les pénalités de retard asphyxiaient lourdement l’ardoise publique du Gabon (8,20%) et arrivant à échéance en décembre prochain.

Le ministre de l’Economie Régis Immongault Tatagani

Selon le ministre de l’Economie, « Ce montant de 200 millions de dollars US correspond au reliquat de notre première émission obligataire internationale de 1 milliard de dollars effectuée en décembre 2007 et arrivant à échéance en décembre 2017. Depuis 2008, nous avons effectué plusieurs opérations de rachats partiels du Bond de 2007, ce qui nous a permis de réduire significativement l’échéance finale et de ne pas être confrontés à un mur de refinancement cette année ».

Malgré l’abaissement de sa note par Moodys, cette opération d’emprunt obligataire international que le Gabon a manœuvré avec la Deutsche Bank, a même dépassé les espérances gabonaises de départ. Le gouvernement gabonais s’est vu proposé jusqu’à 600 millions, soit le triple du montant souhaité et ce, malgré un taux d’intérêt de 6,85% contre 6,96% précédemment.

Dans un pays où le taux d’endettement flirte avec les 60% du PIB, Régis Immongault Tatagani s’est voulu tout de même rassurant sur les risques liés au surendettement du pays : « Je tiens à préciser que cette émission ne vient pas alourdir l’endettement, dans la mesure où la totalité des fonds est affectée au remboursement du solde d’une dette dont le taux d’intérêt était plus élevé ». Et de rassurer : « Cette opération entre dans le cadre de notre stratégie de soutenabilité de la dette présentée au parle-ment et approuvée par le FMI ».


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile