Web-Stat analytics
Medias

Le Gabon annonce la liquidation prochaine de la radio panafricaine Africa n°1

Le Gabon annonce la liquidation prochaine de la radio panafricaine Africa n°1
Le Gabon annonce la liquidation prochaine de la radio panafricaine Africa n°1 © 2018 D.R./Info241

Le ministre de la Communication Guy Bertrand Mapangou a annoncé hier au cours d’une réunion que les autorités proposeraient dans les prochaines semaines un plan de liquidation pour la Radio panafricaine Africa N°1. Depuis près de 15 mois maintenant, les gouvernements gabonais et libyens, principaux actionnaires de cette radio, cumulent les impayés de salaire aux agents.

Créée en 1981 par le président Omar Bongo, la radio panafricaine Africa n°1 est en passe de disparaître du paysage radiophonique. Ce lundi, Guy Bertrand Mapangou a annoncé au cours du séance de travail avec le président du Comité de privatisation, Félix Onkéya, que le gouvernement gabonais entendait dans les toutes prochaines semaines proposer un plan de liquidation.

La réunion de préparation à la liquidation

Depuis plusieurs mois les parties gabonaises et libyennes, principales actionnaires de ce média autrefois fleuron de la réussite du Gabon, se sont retrouvées dans l’incapacité de répondre aux charges financières de l’entité médiatique. Une situation qui a pour Conséquence 15 mois de salaires impayés aux agents dont l’un d’entre eux est décédé faute de moyens pour couvrir ses soins le mois dernier.

La liquidation prochaine d’Africa n°1 symbolisera sans conteste la fin d’une histoire. Celle d’une radio qui pendant plusieurs décennies a informé le continent. Désormais le seul souhait qui peut être formulé est que ces braves agents qui ont servi la « radio panafricaine » puissent dans les plus brefs délais recouvrer leur dignité en percevant leurs salaires impayés.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article