04:35

Enfumage politique

Le culte de Bruno Ben Moubamba à Ali Bongo décrié par les internautes gabonais


Société
  • Le couple Moubamba célébrant leur nouveau maître Ali Bongo © 2017 D.R./Info241
Publié le 4 août 2017 à 12h13min

A l’occasion des derniers Jeux de la Francophonie, qui se sont déroulés du 20 au 30 juillet, la délégation gabonaise a été curieusement dirigée par le trublion Bruno Ben Moubamba, vice-premier en charge du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat social, et du Logement. Ce dernier qui s’est vu nimber de cette marque de confiance du président controversé Ali Bongo n’a pas manqué d’étaler son nouveau mode expressif dithyrambique faisant le culte de son nouveau maître en qui il voit désormais après avoir vertement critiqué son mandat présidentiel, « un instrument de la providence » pour le Gabon.

Lire aussi >>> Bruno Ben Moubamba : « Ali Bongo n’a pas sû diriger durant 7 ans, on ne va pas lui accorder 7 ans de plus ! »

Bruno Ben Moubamba qui disait vouloir faire de la politique autrement en combattant le système PDG semble devenu plus pédégiste que les « camarades ménétriers » de la première heure du parti. Il s’impose très brillamment comme le défenseur attitré du ’’président’’ et maître de glorifications politiciennes et du culte du roi contesté du palais du bord de mer. En effet, s’étant approprié la communication web 2.0 à travers les réseaux sociaux, depuis l’ère de son opposition radicale au régime Bongo-PDG, le vice-premier ministre en charge de l’Urbanisme et du Logement s’est transformé en louangeur numéro 1 d’Ali Bongo, « le sorcier politique » qu’il combattait encore jusqu’en septembre 2016.

Sur sa page officielle Facebook, Bruno Ben Moubamba s’est épanché en ces termes : « Je suis très heureux de représenter le président de la République, son Excellence Ali Bongo Ondimba aux Jeux de la Francophonie dans les prochains jours en Côte d’Ivoire. Je serai à la tête de la délégation gabonaise qui comprendra Madame le Ministre des sports Nicole Assele, du 20 au 30 juillet 2017 à Abidjan. » Et de poursuivre, « Je suis fier aussi d’avoir été désigné comme celui qui devra remettre le message du Président Gabonais à son homologue ivoirien Son Excellence Alassane Dramane Ouattara. Et je reste persuadé que le président Ali Bongo Ondimba est un instrument de la Providence  ».

Un enseignant réagissant à son post n’a pas raté l’occasion de lui rappeler la mission régalienne d’un ministre mandaté et commis pour travailler au bénéfice de l’Etat gabonais et non de son service de larbin officiel d’Ali abusant de son statut ministériel : « Représenter Ali Bongo ? Ou représenter le Gabon en lieu et place du président ? Un ministre est au service d’une nation et non d’un président. Soit vous êtes ministre d’Ali Bongo et non pas du Gabon. Un officiel respectable ne parle pas au nom du chef de l’État mais au nom du pays, car le président passe, mais pas le pays. C’est lamentable de lire des inepties pareilles venant d’un politique que je croyais de haut vol, chiche ! ».

Et un journaliste gabonais qui a été accrédité aux Jeux de la francophonie, sans être dans la délégation officielle du ministère des sports de répliquer à Bruno Ben Moubamba ceci : « Tu as oublié les élections présidentielles truquées et volées au peuple gabonais ? Si nous t’avons porté jusqu’à la piètre troisième place avec un score dérisoire lors des présidentielles, c’est parce que nous avions crû que tu prétendais être crédible. Maintenant qu’on t’a donné et confié la construction de nos logements, comment fais-tu pour aller dans le sport ? Juste pour les vains voyages tandis que les artistes, les journalistes sportifs et les sportifs n’y sont pas ? La ministre de tutelle ne connaît-elle pas la route d’Abidjan ? Doit-elle se faire accompagner ? Ou bien toi aussi tu cherches à piller l’argent du pays sans rien construire ? Comment en période de crise économique Ali Bongo peut-il permettre de telles dépenses inutiles aux frais du contribuable gabonais ? ».

Un universitaire a rappelé par devoir de mémoire le rivement saisissant de Bruno Ben Moubamba, nouveau courtisan légendaire d’Ali Bongo : « Celui que vous combattiez récemment et avec un tel bilan chaotique devient par un coup de baguette magique l’homme de la providence pour le bien-être des Gabonais ? Etes-vous stable psychologiquement ? Vraiment l’argent transforme les gens au point de devenir amnésique chronique. Faut-il comprendre qu’être un pseudo ‘’opposant réformateur’’ que vous clamez être est de toujours briller dans les encensements insensés de la médiocrité, tel un lèche botte, un laquais asservi mentalement ?  ».

.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile