18:14

Première bougie

Le Café numérique de Libreville fait son bilan après une année d’existence !


Technologie
  • Une des participantes, Sylvie Touré de Boom Consulting © 2019 D.R./Info241
Publié le 1er février 2019 à 18h15min

Débuté en 2017, le Café numérique de Libreville s’est donné rendez-vous le 27 janvier à l’Institut français de Libreville. 10ème rencontre du genre, elle a réuni les chefs d’entreprises, les startups, les apprenants de l’école241 et bien d’autres acteurs du secteur numérique pour une présentation du bilan de sa première année d’existence.

En un an, l’événement a enregistré 1621 participants, 146 intervenants (speakers) pour les 10 rencontres et plus d’une vingtaine d’entreprises. L’objectif du Café numérique de Libreville existe pour deux raisons fondamentales : connecter et développer.

C’est donc une plateforme d’échanges pour créer les opportunités entre les chefs d’entreprises d’une part, puis entre les chefs d’entreprises, les entrepreneurs ou les porteurs d’idées innovantes de toute sorte, d’autre part.

Né de la vision de Sylvère Boussamba, par ailleurs fondateur de la célèbre école241, intervenant régulier dans le Café numérique de Kinshasa, le format Café numérique de Libreville, coordonné par Joseph Bibang Fiocca, a un bilan plus qu’élogieux.

Une vue de l’assistance

Dans une série de témoignages et de présentations, plusieurs chefs d’entreprises ont pu édifier l’assistance sur les activités menées par leurs organisations ainsi que les avantages inhérents à leur participation au Café numérique de Libreville.

Cette organisation qui vise à connecter les acteurs du numérique ainsi que les entrepreneurs a pour objectif à moyen et court terme de participer au produit national brut à hauteur de 15%. Cela résulte du fait que le Gabon demeure aujourd’hui le premier pays le plus connecté au réseau internet dans la zone d’Afrique centrale mais 6ème au plan continental derrière l’île Maurice, les Seychelles, l’Afrique du Sud, le Cap-Vert et le Botswana selon l’ICT Development Index 2017.

Oxen Emane, directeur de la communication du groupe UBA Bank Gabon après avoir donné son mot de circonstance, a exprimé le désir de son entreprise de continuer à travailler avec le Café numérique de Libreville pour une nouvelle aventure.

Le comité exécutif

D’autres entreprises ont décidé de continuer l’aventure avec le Café numérique, Hakkicom, représentée par son Directeur général, Oswald Mamfoumbi ; Digital impact, portée par Thierry Dzime, fondateur et gérant de l’entreprise ; l’Aninf représentée par Wilfried Mengue ; BS Gabon, portée par Saber, IPI9, Comilog et bien d’autres veulent continuer leur aventure dans le Café numérique de Libreville.

L’avant dernière intervenante Jessica Allogho, la responsable des Petits Pots de l’Ogooué a partagé avec l’assistance le succès de son entreprise, grâce à son usage du numérique, elle a aujourd’hui un public de plus de 12 000 followers. C’est l’un des exemples parmi tant d’autres encore qui ont réussi grâce à leur implication dans l’esprit du Café numérique.

Enfin, Sylvie Touré, fondatrice et gérante de Boom consulting, par ailleurs fondatrice du magazine Okoumé et chargé de la médiation emploi de l’école241, a clos les échanges comme deuxième femme à intervenir durant les moments.

Rendez-vous a été pris pour le prochain Café numérique de Libreville qui aura lieu le 26 février prochain si tout se passe très bien.

Par Roland Olouba Oyabi


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile