09:33

Françafrique

Le banquier franco-béninois Lionel Zinsou au chevet du gouvernement d’Ali Bongo


Analyse
  • Issoze Ngondet saluant Lionel Zinsou à l’ouverture du séminaire gouvernemental © 2017 D.R./Info241
Publié le 15 septembre 2017 à 09h27min

L’aggravation de la crise économique découlée de la crise post-électorale suite à l’élection controversée d’Ali Bongo paralyse toute la nation gabonaise. Pour tenter de sortir ce gouffre, le gouvernement gabonais a fait appel au très réputé Lionel Zinsou-Derlin, ancien Premier ministre et candidat infortuné à la dernière élection présidentielle de 2016 au Bénin dont certaines sources affirment qu’il serait très endetté à la recherche d’argent pour rembourser ses emprunts bancaires de campagne. Pour ce faire, le palais du bord de mer semble devenu le lieu où tous les charlatans et paradeurs vendent des recettes magiques, manœuvres à coloration rentable très onéreuses au régime vacillant de Libreville, pour tenter à tout prix de se connecter au président français Emmanuel Macron. A quelles fins ?

Lire aussi >>>Le Parlement européen vote une résolution qui envisage des sanctions ciblées contre le régime d’Ali Bongo

Le régime d’Ali Bongo a passé une nuit ténébreuse avec cet énième camouflet diplomatique asséné par la seconde résolution votée à 82% au Parlement européen de Strasbourg. L’institution parlementaire européenne met résolument en mal l’intégrité et la légitimité de la réélection du fils d’Omar Bongo (42 ans au pouvoir) à la présidence gabonaise. L’Union européenne n’a pas manqué de condamner fermement la répression et les violations des droits fondamentaux que son régime exerce contre la société civile et l’opposition gabonaise dirigée par Jean Ping qui continue à revendiquer sa victoire à l’élection présidentielle du 27 août 2016.

Bingo, l’ancienne plume de Laurent Fabius et animateur de son club Fraternité peut jouer un rôle d’influence et de réseaux ! La carte des filets françafricains pour tenter de contrer cette douche froide européenne qui égratigne mondialement la crédibilité du régime de Libreville. Du coup, certaines personnalités jadis respectables prétendant être proches de l’Elysée vendent leur assistance dispendieuse au régime chancelant d’Ali Bongo au nom d’une proximité incertaine et hypothétique avec le fondateur d’En Marche. Le timing est millimétré. Pour parer à ce manque de légitimité et de légalité à l’international, Lionel Zinsou, brillant banquier et économiste, membre du comité directeur de l’Institut Montaigne a été l’invité de marque au séminaire gouvernemental organisé par Issoze-Ngondet et Ali Bongo, jeudi 14 septembre jusqu’à ce vendredi 15 septembre au Cap Estérias. Il s’agira « 48 heures durant, pour les membres du gouvernement, de s’approprier les enjeux et les contours du Plan de Relance Economique et de rationaliser le travail gouvernemental dans le respect du principe de la collégialité, afin de renforcer la cohésion au sein du Gouvernement ».

A quel prix et aux frais du contribuable lorsque plusieurs familles gabonaises n’arrivent plus à se nourrir et à joindre les deux bouts ? S’interroge un analyste politique africain « lorsqu’on sait que sieur Zinsou, candidat malheureux à la présidentielle béninoise, PDG depuis 2009 du fonds d’investissement PAI Partners a été battu par Patrice Talon, et donc rejeté par le peuple béninois. Et qu’il serait très endetté aujourd’hui de suite de sa campagne présidentielle à l’américaine soldée par un échec cuisant. D’ailleurs la somme de 800 millions de franc CFA est avancée pour cette prestation au Gabon ». Et un ancien banquier de Rothschild qui a côtoyé dans un passé récent M. Zinsou, de s’indigner : « Je ne peux pas comprendre la présence et l’utilité du dirigeant de la fondation AfricaFrance à côté d’un régime qui est reconnu urbi et orbi comme une dictature répressive dont la marque de fabrique est la corruption et la mauvaise gouvernance. Besoin d’argent, pour payer des dettes de campagne présidentielle ? Il vendrait sa proximité possible ou éventuelle avec Emmanuel Macron ! C’est dramatique qu’un homme de cette qualité reconnue par ses compétences en soit réduit à ça ! Est-il seulement espéré dans son pays ? Est-il conforme au réveil de l’intelligentsia africaine. Et où sont les valeurs qu’il semble défendre ?  ».

Lire aussi >>>Que fera Emmanuel Macron du « coup d’état militaro-électoral » d’Ali Bongo au Gabon ?

Selon Chamberland Moukouama, journaliste proche de la Coalition de Jean Ping « on le sait, Lionel Zinsou ferait partie du cercle d’Emmanuel Macron, lequel s’illustre depuis son arrivée à l’Elysée par un difficile exercice d’équilibrisme visible à l’œil nu. Nous avons tous entendu un Emmanuel Macron se prononcer clairement et précipitamment sur la crise post-électorale du Kenya anglophone et resté muet jusqu’à aujourd’hui sur la crise post-électorale gabonaise, pratiquement identique et dont la France assure encore une tutelle non écrite ». Et d’ajouter, « avec les Résolutions de l’Union Européenne et le prochain sommet Afrique-UE en novembre prochain en Côte d’Ivoire, la France est plus que jamais observée de très près par une jeunesse gabonaise ou africaine vivant en son sein, au contact du monde libre et de plus en plus exigeante dans cette sorte d’exercice d’appropriation de sa liberté en un principe fondateur. La jeunesse gabonaise est désormais bien debout pour un changement de paradigme, et ça Zinsou doit l’intégrer dans son diagramme  ».


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile