20:43

Crise post-électorale

La société civile gabonaise fait le bilan de son périple européen pour les droits de l’Homme


Société
  • La société civile gabonaise fait le bilan de son périple européen pour les droits de l’Homme © 2017 D.R./Info241
Publié le 15 avril 2017 à 08h13min

De retour d’un long périple en Europe, les deux leaders de la société civile gabonaise que sont Georges Bruno Ngoussi et Georges Mpaga ont tenu hier à Libreville, à rendre compte de leur mission devant la presse nationale et internationale au siège du ROLBG.

C’est devant un parterre de médias que Georges Mpaga et George Bruno Ngoussi ont eu à présenter aux Gabonais les retombées de leur récent séjour en Europe. De Bruxelles en Belgique à La Haye aux Pays-Bas, les deux acteurs de la société civile gabonaise ont affirmé avoir rencontré plusieurs des personnalités et organismes des plus influents de la planète en ce qui concerne la défense des droits de l’Homme dans le monde afin que ceux ci soient plus regardant sur la situation sociale et politique qui prévaut au Gabon depuis l’annonce des résultats de la dernière élection présidentielle dans notre pays.

Un extrait de leur conférence de presse

C’est ainsi que les deux activistes, visiblement très rassurés et satisfaits de leur mission, ont promis au peuple Gabonais de ne pas désespérer de voir un jour si proche, la justice internationale se pencher sur son sort et punir les responsables des violences post-électorales d’août et septembre dernier.

Après être longuement revenu sur ce qu’il qualifie d’abus de pouvoirs du régime de Libreville,(détournements, enlèvements, violations des droits de l’homme, privation de la liberté d’expression,assassinats politiques etc...), Georges Mpaga conclura son allocution par un « Y’a de l’espoir ! ».

Dernier à intervenir, le pasteur Bruno Ngoussi qui n’a fait que compléter à la suite de son compagnon, a essentiellement condamné la répression systématique et les arrestations cavalières qui se poursuivent au Gabon.

Et comme pour mieux illustrer son propos, il s’interrogera : « Comment pensez un seul instant qu’un pouvoir qui cherche, dit-on, à apaiser le climat social, et qui en ce moment tient des assises dites Dialogue national inclusif et sans tabou, procède dans le même temps à l’arrestation de M.Alain Ndjally, aide de camp du président Jean Ping sans motif valable ? »

Prenant date avec l’histoire, les deux acteurs de la société civile gabonaise ont promis mener un certain nombre d’actions allant dans le sens du triomphe de leurs démarches aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Gabon dans les toutes prochaines semaines.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile