Prévisions

La pandémie de coronavirus pourrait tuer au moins 300 000 personnes en Afrique

La pandémie de coronavirus pourrait tuer au moins 300 000 personnes en Afrique
La pandémie de coronavirus pourrait tuer au moins 300 000 personnes en Afrique © 2020 D.R./Info241

C’est l’une des prévisions avancées hier en Ethiopie par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), dans un rapport officiel. Ainsi, la pandémie de Covid-19 pourrait tuer entre 300.000 et 3,3 millions d’Africains et risquerait de pousser 29 millions de personnes dans l’extrême pauvreté. Des chiffres inquiétants qui insiste sur la nécessité des gouvernements africains à agir efficacement pour contrer la pandémie.

Dans le meilleur des cas, «  il se peut que 300.000 Africains perdent la vie à cause de la maladie », relève l’agence onusienne dans un nouveau rapport sur la pandémie présenté virtuellement vendredi à Addis Abeba (Ethiopie). Ce scénario "optimiste" indique que même avec une « distanciation sociale intense  », le continent pourrait voir plus de 122 millions d’infections et 2,3 millions d’hospitalisations.

Deux scénarios possibles

Dans le pire des cas (aucune intervention), l’Afrique pourrait compter 3,3 millions de décès et 1,2 milliard d’infections, selon le rapport de la CEA. « Le scénario A est le pire scénario, caractérisé par l’absence d’intervention. Selon ce scénario, le modèle prévoit aussi 22,5 millions d’hospitalisations et 3,3 millions de décès en Afrique cette année  », relève l’agence onusienne. Elle insiste sur le fait que les stratégies d’atténuation ciblées sur la distanciation sociale réduisent considérablement la charge des systèmes de santé et le nombre de décès.

En tout cas, ces différentes projections mettent en lumière la vulnérabilité des systèmes de santé africains. « L’Afrique est particulièrement vulnérable car 56% de sa population urbaine est concentrée dans des bidonvilles ou habitations informelles et seulement 34% des ménages africains ont accès à des installations de base pour se laver les mains », a déclaré Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA, citée dans le communiqué.

44 milliards de dollars nécessaires pour les tests

Dans le meilleur des cas, c’est-à-dire l’adoption de mesures d’arrêt de la transmission accompagnées d’une distanciation stricte, près de 44 milliards de dollars seraient nécessaires pour les tests, les équipements de protection individuelle et les traitements, selon le rapport.

Le pire des scénarios (sans aucune mesure d’atténuation) coûterait 446 milliards de dollars et « l’Afrique serait dans l’incapacité de traiter ne serait-ce qu’une fraction du nombre de malades ». Le coronavirus est arrivé tardivement en Afrique. Mais il s’enracine progressivement sur le continent, avec désormais plus de 18.000 cas de contamination et 942 morts.

Outre ces prévisions préoccupantes sur le plan sanitaire, le Covid-19 pose de gros obstacles à la croissance africaine. Alors que la pandémie continue d’avoir un impact sur les économies en difficulté du continent, la CEA estime que la croissance ralentira de 3,2% à 1,8% dans le meilleur des cas. Dans le pire des cas, l’agence onusienne prévoit une contraction de l’économie africaine pouvant atteindre 2,6% en 2020. Une façon pour la CEA de rappeler que les coûts économiques de la pandémie sont « plus durs que l’impact direct du Covid-19 ».

« À travers le continent, toutes les économies souffrent du choc soudain sur les économies. La distanciation physique nécessaire pour contenir la pandémie étouffe et noie l’activité économique », a fait valoir Mme Songwe.

Plus largement, la pandémie mondiale va faire plonger au moins 5 à 29 millions de personnes sous le seuil de pauvreté extrême de 1,90 dollar par jour. En outre, les créations annuelles d’emplois formels (qui se chiffrent actuellement à 3,7 millions) devraient diminuer de 1,4 à 5,8%. La CEA prévoit également une augmentation du nombre d’emplois informels et vulnérables (plus de 60% des hommes et près de 75% des femmes travaillent dans le secteur informel en Afrique) et des dépenses à la charge des ménages pauvres et vulnérables.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article