13:23
URGENT >>>

Les Panthères du Gabon s’imposent dans la douleur à Djouba face au Soudan du Sud


Multi-religiosité

La mémoire du musulman Omar Bongo, (aussi) commémorée dans une église catholique


Société
  • L’office religieux catholique en l’honneur d’Omar Bongo, vendredi à la cathédrale Sainte Marie de Libreville © 2018 D.R./Info241
Publié le 10 juin 2018 à 08h07min

La mémoire d’Omar Bongo, le second président du Gabon, mort au pouvoir après 41 ans de règne est célébrée mécaniquement tous les 8 juin depuis sa disparition en 2009. Cette année encore, la famille du disparu a organisé une messe d’actions de grâce en la cathédrale Sainte Marie de Libreville à ce célèbre musulman qui fût aussi franc-maçon et l’un des pères-fondateurs de la grande loge du Gabon. Une autre façon de célébrer cet homme aux multiples croyances religieuses et ésotériques.

Officiellement Omar Bongo, disparu le 8 juin 2009, était musulman. L’ancien homme fort du Gabon cachait, comme tout bon franc-maçon gabonais, son appartenance à la franc-maçonnerie, cette croyance ésotérique dont il était par ailleurs l’un des principaux « grands maîtres » incontestés. Depuis sa mort chacune de ses anciennes multi-obédiences religieuses célèbrent, chacune en ce qui la concerne, la mémoire de leur illustre disparu.

Il faut le reconnaître, en 1968 peu après son accession au pouvoir, Omar Bongo était aussi un « fervent » catholique. Les mauvaises langues racontent qu’il se serait fait baptiser catholique dans le seul but d’obtenir une audience auprès du pape Paul VI. Ce qu’il eût fait. Mais l’aventure d’Omar Bongo, le catholique, sera de courte durée. Dès 1973, il se convertira à l’islam et deviendra peu après El Hadj Omar Bongo.

La cérémonie musulmane qui a précédée celle catholique vendredi 8 juin

C’est donc peut-être logique qu’Omar Bongo qui fut aussi « catholique » dans un passé révolu, ait eu droit depuis sa disparition en 2009, à des commémorations catholiques. Certainement pour permettre au plus grand nombre - le Gabon est à plus de 80% chrétien - de saluer sa mémoire selon les rites catholiques. Une belle opération de déférence religieuse à laquelle peuvent ainsi prendre part le gotha politique national non-musulman !

Ce qui faut savoir est que selon les rites musulmans, le recueillement au cimetière se fait tous les vendredis, jour saint des musulmans, après la prière du midi. Ce dont a eu droit le même Omar Bongo à la mosquée Hassan II de Libreville où une lecture du Coran a été spécialement faite en présence du raïs Ali Bongo, des imams et prédicateurs égyptiens et marocains présents au Gabon pour le mois du ramadan.

Mais la pensée vers les défunts n’est pas cantonnée à l’une unique journée de vendredi. Après chaque prière - cinq par jour, pour les plus pratiquants -, chaque musulman récite une prière pour ses défunts pour que Dieu accepte son proche au paradis. Reste désormais à savoir à quel paradis a été accepté Omar Bongo. Celui des musulmans, des franc-maçons ou celui des catholiques ? Dieu seul le sait !


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile