04:40
URGENT >>>

Kevazingogate : Maganga Moussavou et Mapangou virés par Ali Bongo !


Crise post-électorale

La diaspora gabonaise a manifesté pour la 132e fois contre le régime d’Ali Bongo à Paris


International
  • Une vue des manifestants hier à Paris © 2019 D.R./Info241
Publié le 10 mars 2019 à 13h53min

La réélection controversée d’Ali Bongo en 2016 continue d’être contestée par la diaspora gabonaise établie en France. Ce samedi 9 mars, pour la 132e semaine consécutive, ils étaient quelques milliers à battre le pavé pour dire non au régime d’Ali Bongo qui aurait volé le scrutin présidentiel d’août 2016 à son challenger Jean Ping.

Lire aussi >>> La diaspora gabonaise de France se mobilise pour dénoncer les faux résultats de la présidentielle

Pas de répit pour Ali Bongo en France. Malgré sa maladie et sa convalescence, les Gabonais de France continuent de pas voir en lui le président du Gabon. Au cours de la 132e marche qu’ils ont organisé au travers des rues françaises hier, les manifestants ont comme depuis près de trois ans, pris d’assaut la célèbre place du Trocadéro pour dénoncer ce régime établi au pouvoir au Gabon de père en fils depuis 1967.

La belle-mère d’Ali Bongo, Marie-Madeleine Mborantsuo, l’une des cibles de choix des manifestants

Armés de banderoles hostiles à Ali Bongo, les manifestants proches de l’opposition ont dit tout le bien qu’ils pensaient de la gouvernance d’Ali Bongo et de ses soutiens. Arborant les couleurs nationales du Gabon, les manifestants de la diaspora gabonaise ont dénoncé les soutiens extérieurs du régime d’Ali Bongo avec notamment cette question « le gouvernement soutient-il la dictature au Gabon ? », qu’on pouvait lire sur une banderole.

Lire aussi >>>Les Gabonais de la diaspora manifestent à nouveau à Paris pour la vérité des urnes

Sur la même banderole, le message était un peu plus clair : « depuis le 31 août 2016, le peuple gabonais réclame le respect de sa souveraineté et justice pour toutes les victimes de la soif de pouvoir du dictateur Ali Bongo ». Faisant ainsi allusion à l’attaque armée diligentée par le régime contre le quartier général de l’opposant Jean Ping qui aurait fait des centaines de victimes civiles sans qu’aucune enquête officielle n’ait été ouverte sur ces faits.

Depuis la présidentielle d’août 2016, ces Gabonais continuent d’arpenter les rues de la capitale française pour dire non à ce régime installé aux lendemains des indépendances par l’ancienne puissance coloniale. Proches de l’opposant Jean Ping qui se considère toujours comme le président « élu » du Gabon, ces manifestants appellent à reconnaissance de la vérité des urnes détournée et réécrite par Ali Bongo et son régime.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile