Web-Stat analytics
Arrestation politique

La détention de l’opposant gabonais Privat Ngomo a passé la barre des 175 jours

La détention de l’opposant gabonais Privat Ngomo a passé la barre des 175 jours
La détention de l’opposant gabonais Privat Ngomo a passé la barre des 175 jours © 2020 D.R./Info241

Le Comité national de soutien à Privat Ngomo pour sa libération immédiate et inconditionnelle a organisé samedi dernier, sa troisième conférence de presse à Libreville. Elle avait pour objectif de présenter à l’opinion publique les violations de droit dont cet opposant gabonais est victime depuis son arrestation le 12 juillet 2019. Privat Ngomo avait devant l’ambassade de France à Libreville, demandé à la France de reconnaître la vérité des urnes issue de la présidentielle gabonaise d’août 2016 et de cesser son soutien au régime d’Ali Bongo. Ce qui lui a valu son arrestation.

L’assistance était composée de la presse nationale et internationale, des membres de la famille du prévenu dont sa mère Honorine Angue Mintsa très affectée et bien d’autres soutiens. Ce point de presse a été dirigé par Me Moubembe (avocat du prévenu), Georges Mpaga (leader du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance et la lutte pour les droits de l’homme) ainsi que le frère de cadet de Privat Ngomo qui a lu le communiqué, en lieu et place de sa mère, comme initialement prévu.

Les proches de l’opposant incarcéré arbitrairement

L’assistance a eu droit à la rediffusion du discours de Privat Ngomo de juillet 2019 devant l’ambassade de France. Puis à la lecture du communiqué de presse et enfin les représentants des organes de presse ont posé des questions d’éclaircissements pour mieux cerner le cas en présence.

Il ressort d’après la lecture du document cité que le prévenu serait victime de plusieurs violations de ses droits dont les plus flagrantes sont les suivantes : droit de liberté provisoire, prorogation de détention préventive, du droit à la santé et non fixation de procès. Le Comité au regard de ces violations en appelle à la mise en œuvre effective de l’accord conclu le 16 décembre 2019 entre le gouvernement gabonais et l’Union Européenne relatif au dialogue politique intensifié.

Un tract de soutien à Privat Ngomo

Ce communiqué révèle également que Privat Ngomo ferait partie des 70% de la population carcérale au Gabon qui à ce jour serait en détention préventive donc qui n’ont pas encore été jugé malgré leur longue période de détention. Ce dernier ayant été placé en détention préventive le 16 juillet 2019, cela fait 175 jours que ce compatriote attend d’être fixé sur son sort.

Ses ennuis de santé ont conduit sa famille à organiser cette énième rencontre pour une meilleure prise en charge de la situation.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article