20:50

Diaspora

La démocratie, une alternative à l’invasion migratoire en Europe selon les Gabonais d’Italie


International
  • La démocratie, une alternative à l’invasion migratoire en Europe selon les Gabonais d’Italie © 2017 D.R./Info241
Publié le 9 février 2017 à 11h00min

La diaspora africaine d’Italie via l’association de la communauté gabonaise d’Italie ‘’ACGI’’ a organisé le week-end dernier à Rome (Italie) une conférence sur le thème ‘’ Démocratie et migrations africaines. Quand la négation de la démocratie génère l’invasion de l’Europe’’. Il ressort de ce conclave associatif et citoyen que l’une des solutions idoines pour endiguer l’invasion migratoire africaine en Méditerranée et au Sahel vers l’Europe est de favoriser la réalisation d’une alternance démocratique en Afrique.

Le panel de rencontre a vu les conférences sur le thème ‘’ Démocratie et migrations africaines’’ animées tour à tour par le Dr Laurence Ndong, écrivaine, universitaire et membre de la société civile gabonaise et panafricaine (Ca suffit comme ça et Tournons la page), de l’expert en technologie de l’architecture et syndicaliste italo-gabonais André Mintsa, de Rostano Eloge Mombo, P-DG de Continental Com Corporate et Rédacteur en chef d’Info 241. Toutes les conférences ont été modérées et traduites par le jeune juriste gabonais de l’université de Rome I la Sapienza Whylton Ngouedi Marocko.

L’objectif de cette conférence selon le comité d’organisation était tout d’abord d’interpeller l’opinion publique italienne et européenne sur les risques d’une immigration massive à cause de l’échec des processus démocratique en Afrique Centrale, notamment au Gabon et la nécessité de ne pas entraver la volonté des peuples africains et l’exercice de leur souveraineté ; les participants ont tenu à dénoncer le soutien de certains pays dont la France aux régimes autocratiques en Afrique.

Une vue des conférenciers

Pour Laurence Ndong, la démocratie est la clé du progrès et du développement en Afrique et tout ce qui est fait contre cet idéal est un acte contre la jeunesse africaine. Elle a tenu a souligné que les jeunes africains qui quittent leurs pays le font à contre cœur, contrait de fuir l’absence de liberté et le manque d’opportunité. De même qu’elle n’a pas hésité à revenir sur le hold-up électoral d’Ali Bongo lors des dernières élections présidentielles au Gabon et a demandé avec insistance la libération des prisonniers politiques parmi lesquels Bertrand Zibi Abeghe, Landry Amiang Washington, Patsto Ondo et les autres.

Quant à l’architecte André Mintsa, son intervention portait essentiellement sur les facteurs endogènes de l’immigration. En ce qui concerne les gabonais, ce syndicaliste et ex champion régional de judo en Italie, soutient qu’au Gabon, la question de la propriété des terres pose problème, le fait que les gabonais éprouvent d’énormes difficultés à se procurer un titre foncier et que les terres soient l’exclusivité du clan Bongo, ses affidés et les groupes d’intérêts français, contraint les gabonais à s’expatrier.

Enfin, le communicant public Rostano Eloge Mombo a rappelé la question fondamentale des droits de l’homme, des libertés publiques dont la liberté de la presse, la liberté d’opinions et d’expressions, liberté de réunion et de manifester. Ces derniers posent encore problème dans les pays africains, et particulièrement au Gabon. D’où il a dénoncé le climat de répression qui s’abat sur la presse et sur toutes activités de contestation citoenne. Cette situation a pour conséquence le départ des journalistes vers des destinations étrangères ; pour illustrer son propos il a évoqué les cas de Jonas Moulenda et Désiré Ename. Mais aussi, favorise un climat délétère qui pousse des jeunes épris de justice à immigrer en Europe.

Avant la clôture de l’événement marqué par la séance questions réponses, le Dr Suzanne Ndiku Mbiye, présidente du réseau de la diaspora africaine d’Italie, a insisté sur l’urgence de fédérer les diaspora afin de mener un combat commun. Dans le même élan, la diaspora gabonaise a annoncé une série d’actions à venir vis-à-vis des partenaires des pays africains et des institutions afin de défendre une autre vision des rapports entre l’Afrique et ses partenaires.

Rappelons que cette initiative a été portée par l’association de la communauté gabonaise d’Italie ‘’ACGI’’ en collaboration avec leurs partenaires le groupe de communication Continental Com Corporate et Info241. Cette structure a été fondée en 1994 dans le Latium, pour s’occuper de l’accueil et de la cohésion des gabonais d’Italie et elle souhaite dorénavant s’impliquer d’avantage dans des questions d’intérêt national.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile