15:20

Coopération

La Chine vole au secours de l’Assemblée nationale du Gabon pour 16 milliards !


Economie
  • Une vue de la maquette du futur édifice public © 2019 D.R./Info241
Publié le 19 juin 2019 à 12h57min

Victime de la colère des gabonais suite à l’annonce de la réélection controversée d’Ali Bongo le 31 août 2016, le palais de l’Assemblée nationale gabonaise va enfin connaitre son lustre d’antan. C’est la Chine qui assurera la construction et le financement la reconstruction de l’hémicycle brûlé par des manifestants pour un coût global de 16 milliards. Montant que depuis près de 3 ans, le Gabon n’a pas réussi à trouver dans son budget.

La Chine qui avait déjà construit l’ancien édifice, victime de la colère des manifestants anti-Bongo, va offrir gracieusement au Gabon un nouveau palais aux députés gabonais. C’est ce que l’on appris de la cérémonie officielle de lancement des travaux qui s’est déroulée hier à Libreville en présence du Premier ministre, du Président de l’Assemblée nationale, de l’ambassadeur de Chine au Gabon et de nombreux invités.

Le film de la cérémonie d’hier

Les travaux prévus pour durer 14 mois, consisteront à la démolition de l’ancien hémicycle, le déplacement des réseaux de l’eau et de l’électricité, la reconstruction d’un nouvel hémicycle dit « ultramoderne » sur le site d’origine avec 965 places, la réhabilitation et la décoration de certaines parties du bâtiment, la reconstruction d’une salle de pompe à incendie et d’un réservoir à incendie.

Une autre vue du futur bâtiment

Le chantier confié à l’entreprise chinoise Jiangsu Jiangdu Construction Group Co ne devrait donc pas coûter le moindre sou au Gabon sans que l’on ne sache comment la Chine tirera profit des 16 milliards qu’elle investira pour ces travaux. Officiellement, les autorités gabonaises ont annoncé un partenariat gagnant-gagnant entre les deux parties pour la réhabilitation de cette institution parlementaire sans en dire plus.

Le Gabon devrait donc avoir un nouveau palais Léon Mba d’ici au 18 août 2020. Une bonne nouvelle donc pour ces députés privés d’hémicycle depuis les événements malheureux de la présidentielle d’août 2016 qui ont vu de nombreux gabonais manifester violemment leur mécontentement suite à l’annonce par le ministre de l’Intérieur de la réélection d’Ali Bongo.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile