15:23

Crise post-électorale

49e semaine de protestation de la diaspora gabonaise contre le hold-up électoral d’Ali Bongo


Politique
  • Une des banderoles rappelant les noms des victimes civiles tuées durant l’assaut armé du QG de Jean Ping © 2017 D.R./Info241
Publié le 6 août 2017 à 16h47min

La fascination du régime controversé d’Ali Bongo de tourner la page de la présidentielle 2016 semble être illusoire. En effet, la diaspora gabonaise de France et d’Europe acquise à Jean Ping qu’il présente comme "Président élu du Gabon’’, est toujours vent débout pour revendiquer la vérité des urnes lors de la dernière élection présidentielle du 27 août 2016. A cet effet pour la 49e semaine consécutive, la diaspora a organisé hier, sa traditionnelle marche de contestation du Trocadéro contre l’élection d’Ali Bongo avec pour thème l’éducation en péril sous son magistère.

L’illustration du thème de cette marche de la diaspora

Organisée à Paris, par un collectif d’associations ayant pris fait et cause en faveur de l’élection présidentielle de Jean Ping, la diaspora gabonaise d’Eurasie a une fois de plus battu le pavé du Trocadéro à travers la sempiternelle marche pacifique. Avant de clôturer comme à l’accoutumée leur manifestation devant l’ambassade du Gabon à Paris. C’est ainsi que la 49e semaine consécutive que les manifestants de la "résistance patriotique" tente de faire mentir le régime de Libreville qui s’évertue à faire oublier le coup d’état électoral perpétré par Ali Bongo pour se maintenir illégalement à la présidence de la République gabonaise..

Le but poursuivi pour les organisateurs de cette marche pacifique est de défendre la souveraineté du peuple gabonais confisquée par Ali Bongo et sa famille politique qui règnent sur le Gabon depuis 50 ans. Sur les banderoles des manifestants gabonais, on pouvait y lire "Le Peuple c’est nous et Jean Ping est le Président de la République Gabonaise élu démocratiquement" ou plus loquace "Ali Bongo assassin", "Non à la dictature Bongo-PDG", "Le Respect des résultats des urnes", "Ali Bongo libère le palais tu n’as pas été élu", "Jean Ping, mon Président", "Jean Ping, Président élu du Gabon".

Les manifestants hier à Paris

Les chants n’ont pas manqué de ponctuer cette réunion de protestation notamment avec celle liée à la tricherie réalisée par Omar Bongo pour l’obtention du baccalauréat d’Ali Bongo en France : "Ali est bête oh, il n’a pas le bac oh" pouvant entendre reprendre en chœur les manifestants ce samedi à Paris. Une 49e manifestation qui continue de rassembler un collectif d’association diasporique de France et d’Europe, de nombreux gabonais et les amis du Gabon, tous opposés au régime de Libreville qui s’est illustré par de graves violations de droits de l’homme, lors de l’attaque armée du candidat unique de l’opposition, Jean Ping, dans la nuit du 31 août 2016.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile