Présidentielle 2016

L’UPG dément fermement soutenir Ali Bongo à la présidentielle gabonaise

L’UPG dément fermement soutenir Ali Bongo à la présidentielle gabonaise
L’UPG dément fermement soutenir Ali Bongo à la présidentielle gabonaise © 2016 D.R./Info241

Interrogé hier par nos confrères de RFI, le porte-parole du gouvernement gabonais Alain-Claude Bilie By Nze, a laissé entendre que l’Union du peuple Gabonais (UPG) soutenait la candidature de son employeur à la présidentielle à venir. Faux, lui répondent aujourd’hui en chœur deux des tenanciers de l’aile dur du parti restée farouchement opposée au pouvoir d’Ali Bongo.

News sur WhatsApp

Alain-Claude Bilie By Nze qui cherchait visiblement à préciser que le président gabonais avait encore des soutiens politiques y compris dans l’opposition - car le parti fondé en 1968 par son père est en pleine crise minée par des démissions orageuses - avait surement voulu parler du soutien de l’aile de l’UPG représentée par Mathieu Mboumba Nziengui, entré récemment au gouvernement d’Ona Ondo.

Deux des trois tendances du parti de feu Pierre Mamboundou représentées par Bruno Ben Moubamba et Jean de Dieu Moukagni Iwangou ont tenu, via des communications interposées, à battre en brèche le soutien des héritiers de Mamboundou à une quelconque caution politique d’Ali Bongo.

Pour l’aile Moubamba, cette allégation est "une profanation car Mr Ali Bongo Ondimba est le principal suspect de l’assassinat de Mr Pierre Mamboundou par un commando de 7 individus le 15 octobre 2011 avec la complicité de certains proches du « fondateur » de l’Union du Peuple Gabonais". Et de rappeler que "l’UPG a été fondé pour diriger autrement le pays et non pour soutenir le Système Bongo".

Pour l’aile Moukagni, Ali Bongo vient "par mandataire interposé, de descendre de son piédestal, pour se prévaloir du nom et de l’image de celui qu’il a lâchement combattu en son temps, y compris en faisant usage des armes de la République". Avant de se satisfaire que le président gabonais naviguant "désormais sans repères ni amarres, dévoile sur la place publique, tout le naufrage d’un système résolument abandonné à la dérive".

Bruno Ben Moubamba est allé jusqu’à dévoiler le contenu d’un entretien privé avec Alain Claude Billie By Nzé, le présentant volontiers comme un "profito-situationniste", du néologisme devenu célèbre d’Alexandre Barro Chambrier.

Le porte parole du gouvernement gabonais aurait révélé entre 2009 et 2010 à Bruno Ben Moubamba les raisons de son engagement auprès de l’actuel numéro un gabonais : "il doit tant à Ali Bongo Ondimba qu’il ne peut s’en démarquer mais qu’en tout état de cause la « chance » du Gabon et son pari à lui, c’est que « Ali Bongo ne va pas durer (sic) ». Pour lui, « il faut se mettre à coté d’Ali Bongo, prendre l’argent, en profiter tout en espérant sa chute rapide »".

Voilà qui devrait alimenter à nouveau les débats politiques à l’orée d’une présidentielle qui est loin d’avoir révélé tout ses rebondissements.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article