Présidentielle controversée

L’opposant camerounais Maurice Kamto et 102 membres de son parti recouvrent enfin la liberté

L’opposant camerounais Maurice Kamto et 102 membres de son parti recouvrent enfin la liberté
Maurice Kamto lors de la présidentielle d’octobre 2018 © 2019 D.R./Info241

Bonne nouvelle pour la démocratie camerounaise. Après huit de mois de prison, le principal opposant Maurice Kamto, chef du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), emprisonné pour avoir contesté la réélection de Paul Biya, a été libéré hier. L’opposant recouvre la liberté avec 102 autres membres de son parti à la suite du Dialogue convoqué par Paul Biya qui avait ordonné la fin des poursuites à leur encontre.

Selon la presse locale, le tribunal militaire de Yaoundé a ordonné samedi 5 octobre la remise en liberté du principal opposant camerounais, Maurice Kamto, et de tous les autres opposants présents à ses côtés. Ce jugement survient au lendemain de la décision du président Paul Biya d’exiger l’arrêt des poursuites judiciaires engagées contre eux.

Les militants de l’opposant lors de la présidentielle

Paul Biya, qui est au pouvoir depuis trente-sept ans, a été réélu en 2018, lors d’un scrutin dont les résultats ont été contestés par les partisans de Maurice Kamto, arrivé deuxième. M. Kamto est en prison depuis près neuf mois. Il avait été arrêté fin janvier avec des centaines de ses partisans à la suite de manifestations pacifiques organisées pour protester contre les résultats de la présidentielle.

L’annonce du Président Biya était survenue quelques heures après la clôture du dialogue national convoqué pour tenter de mettre fin au conflit séparatiste qui ensanglante les deux régions anglophones du pays. 333 prisonniers détenus en relation avec la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont aussi bénéficié de la même mesure de mise en liberté.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article