00:14

Devoir de mémoire

« L’indigné », un hommage posthume à l’activiste gabonais Grégory Ngbwa Mintsa


Culture
  • « L’indigné », un hommage posthume à l’activiste gabonais Grégory Ngbwa Mintsa © 2016 D.R./Info241
Publié le 30 juin 2016 à 19h03min

Grégory Ngbwa Mintsa, le défenseur des droits sociaux au Gabon, sera honoré par une biographie à paraître à la mi-juillet aux éditions St-Honoré intitulée L’indigné. Biographie de Grégory Ngbwa Mintsa. Sous la plume des slameurs poètes Amoan Pambo et Dia Alihanga, la mémoire de cet illustre fils du pays sera sauvegardé par cet essai-témoignage qui revisitera la vie et l’œuvre de l’homme qui aura mené de grands combats pour les droits sociaux, les libertés publiques et l’alternance politique au Gabon.

Selon les auteurs gabonais Amoan Pambo et Dia Alihanga interrogés par Info241, " l’objet de cette biographie sur Grégory N’gbwa Mintsa connu surtout pour la plainte qu’il porta contre le Président Bongo dans l’affaire dite des Biens Mal Acquis est de remémorer l’homme qui reste célèbre pour l’ensemble des combats qu’il a mené aux côtés d’organisations jouissant d’une reconnaissance sans faille telles que Transparency International ou Sherpa. Grégory N’gbwa Mintsa né dans une Afrique engagée dans les luttes de l’indépendance et scolarisé entre le Gabon et la France, forge sa personnalité aux luttes d’émancipation du continent noir."

Pour les deux écrivains gabonais, par ailleurs artistes pionniers du slam, ils lancèrent dans la capitale gabonaise, ce mouvement qui constitue douze ans plus tard une institution culturelle du paysage urbain gabonais, "homme de lettres et de culture, Grégory N’gbwa Mintsa sera intégré au ministère de la culture dès son retour au pays dans les années 80. C’est à la faveur de la fièvre démocratique et des conférences nationales subséquentes à l’effondrement du bloc de l’Est qu’il posera les bases de ce qui selon les auteurs demeure la marque de son leadership ainsi que le principal héritage qu’il lègue aux jeunes générations."

A cette époque où les repères sont troublés, indiquent les pères du slam gabonais " où le leadership politiques de par le monde semble ne pas rencontrer les attentes de les populations, le combat de Grégory se résume à une phrase : « Personne ne fera le Gabon à notre place ». Que le lecteur remplace le nom du pays Gabon par Congo, Cameroun, Centre-Afrique, Madagascar, Haïti ou la ville, le quartier, le territoire et nous obtenons la vision d’un Grégory chantre d’un panafricanisme nouvel âge."

Son action ne se limitant pas qu’à l’utilisation des réseaux sociaux, ajoutent les deux auteurs, "il fait partie de ces leaders moraux qui mettent en évidence la force des solidarités dans la société civile planétaire. C’est cette action qui lui a permis de recevoir le prix Transparency de l’intégrité en 2010. Le principal concept opératoire qu’il nous lègue est celui de Patrimonicide : la mauvaise gestion des ressources à l’origine de l’insécurité alimentaire, sanitaire, sociale, physique et qui est commune à la quasi-totalité des pays africains."

En cette heure où l’Afrique de demain se construit dans l’imaginaire des jeunes générations conscientes du continent et de la diaspora, le pari des auteurs de cette Biographie est de vulgariser ce concept pour en faire un instrument de plus dans la lutte pour la libération des peuples à genoux et en particulier celle du peuple africain pris dans son ensemble.

Né dans une famille nantie et appartenant à la première bourgeoisie locale, Grégory Ngbwa Mintsa fait ses études entre la France et le Gabon. C’est un jeune homme d’une très grande culture et très porté sur les arts et sur la musique, de façon générale. Etudiant en France, il milite au sein d’une association qui dénonce les travers du parti unique dans son pays d’origine. De retour au Gabon, il prendra une part active au combat pour l’avènement du multipartisme dans son pays. Son franc-parler et sa rectitude morale ne sont pas du goût de tous et bientôt il est la cible de nombreuses attaques.

Déçu, il décide de s’éloigner des partis politiques dont les intérêts semblent incompatibles aux siens et à ceux des peuples sous domination. Il mènera son combat en son nom propre, en tant que Grégory Ngbwa Mintsa, homme libre et citoyen indigné. Il portera plainte, aux côtés de Transparency International, à trois présidents africains pour « Patrimonicide » et recevra pour son combat, le prix de l’Intégrité en 2010, trois ans avant sa mort.

Le livre présente un homme et sa légende, entremêlés tels les fils d’une même étoffe. L’excellence de ses analyses et la portée intellectuelle des stratégies qu’il initiait lui aura permis de passer d’un sentiment d’injustice sourd à la contestation juridique et politique d’un système qu’il pensait inique. Cet ouvrage incontournable est déjà disponible en ligne et en version électronique et en librairie dans l’hexagone dès la mi-Juillet 2016.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile