L'info en bref...

L’État islamique demeure au centre de la menace terroriste mondiale, selon l’ONU

qrcode:http://info241.com/l-etat-islamique-demeure-au-centre-de-la-menace-terroriste,094
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager la brève à vos proches.


L’État islamique demeure au centre de la menace terroriste mondiale, selon l’ONU
L’État islamique demeure au centre de la menace terroriste mondiale, selon l’ONU © 2020 D.R./Info241

Le chef de la lutte antiterroriste des Nations Unies a déclaré vendredi que malgré sa défaite en Syrie en mars dernier et la mort de son ancien chef en octobre, l’État islamique (EI) reste au centre de la menace terroriste transnationale.

Le diplomate onusien Vladimir Voronkov

Le Secrétaire général adjoint du Bureau des Nations Unies contre le terrorisme, Vladimir Voronkov, a indiqué au Conseil de sécurité que l’EI continuait à rechercher une résurgence et une influence globale en ligne et hors ligne, aspirant à rétablir sa capacité à mener des opérations internationales complexes.

De plus, il a affirmé que les alliés régionaux de l’EI continuaient à poursuivre une stratégie d’enracinement dans les zones de conflit en exploitant les griefs locaux.

Les combattants terroristes étrangers qui se sont rendus en Irak et en Syrie devraient continuer à représenter une menace aiguë à court, moyen et long terme en raison de leur nombre élevé, le nombre de survivants étant estimé entre 20 et 27.000, a-t-il ajouté.

M. Voronkov a fait remarquer que la reconstitution de l’EI en tant que réseau secret en Syrie suit un schéma similaire à celui observé en Irak depuis 2017. Le nord-est de la Syrie a connu un pic d’attaques visant la coalition internationale anti-EI ainsi que des groupes armés locaux non étatiques.

En outre, la situation des combattants de l’EI et des membres de leurs familles dans les centres de détention et des camps de déplacés en Irak et en Syrie s’est aggravée, a-t-il déclaré, estimant que leur sort reste un défi majeur pour la communauté internationale.

Alors que l’EI se concentre de plus en plus sur la libération de ces détenus, la plupart des États membres des Nations Unies n’assument toujours pas la responsabilité du rapatriement de leurs ressortissants parmi eux, a-t-il dit.

Dans ce contexte, il a exhorté les États membres des Nations Unies à assumer les responsabilités fondamentales leur incombant à l’égard de leurs ressortissants en termes de protection, de rapatriement, de poursuites judiciaires, de stratégies de réhabilitation et de réintégration.


Commenter cette brève