22:04

Retard de paiement

L’Etat gabonais perturbe le fonctionnement de sa propre école des mines de Moanda


Economie
  • Une vue du campus de l’E3MG à Moanda (Haut-Ogooué) © 2017 D.R./Info241
Publié le 6 avril 2017 à 09h19min

Le Gabon a du mal à honorer ses engagements financiers vis-à-vis des projets qu’il initie en vue de former sa jeunesse et soutenir la diversification de son économie. A l’école des mines et de la métallurgie de Moanda, l’Etat n’arrive pas à honorer sa part de financement de moitié du budget de l’établissement formant les techniciens supérieurs et ingénieurs devant pourtant permettre de dynamiser le secteur métallurgique, présenté comme une sérieuse option de la diversification de l’économie par Ali Bongo.

L’école des mines et de la métallurgie de Moanda (E3MG) fait actuellement face à d’énormes difficultés financières quelques mois après son ouverture. En cause, le retard de paiement de la part du budget revenant à l’Etat gabonais qui s’était engagé lors de la création de l’école en juin 2016, à la financer à part égale avec la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog). L’école construite en 4 ans, aurait coûté 12 milliards de francs et s’étend sur 40 hectares.

Aujourd’hui, cette école accuse plusieurs centaines de millions d’impayés suite à la non participation effective de l’Etat gabonais au budget réel de l’école de formation de l’élite gabonaise devant contribuer à la diversification de notre économie gabonaise par la sous-exploitation minière, vantée par Ali Bongo lui-même. Pour l’heure, si les autorités gabonaises n’honorent pas à leur parole de financement, l’école et ses promesses de formation pourraient être sérieusement compromises.

L’école qui vit actuellement de la seule contribution versée par la Comilog (filiale du français Eramet), a arrêté le 27 mars dernier, son budget de l’exercice de l’année 2016-2017 à 990 millions dont la moitié (445 millions) revenant à l’Etat gabonais. L’établissement qui a ouvert officiellement ses portes aux étudiants le 12 octobre, en compte actuellement 29 répartis dans trois diplômes préparés : licence professionnelle mines-métallurgie (11), licence professionnelle prospection minière (9) et un diplôme d’ingénieur des spécialités (9).


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile