14:49
URGENT >>>

Eau potable : l’indicible calvaire des gabonais du quartier Amissa à Akanda


Innovation

L’Ecole gabonaise veut se doter en urgence d’outils statistiques !


Société
  • Une vue de la réunion de jeudi 18 janvier à Libreville © 2018 D.R./Info241
Publié le 22 janvier 2018 à 10h31min

L’Ecole gabonaise manque cruellement de d’outils d’appréciations statistiques. Pour combler ce déficit criard de l’administration punique gabonaise dans son ensemble, la ministre de l’Education nationale Nadine Patricia Anguile Obame de faire financer la mise en place de ces outils statistiques en y adjoignant les partenaires au développement du Gabon. C’est l’objet d’une réunion qu’elle a présidé la semaine écoulée avec les représentants nationaux des organismes internationaux tels l’Unesco, la Banque mondiale, l’UNICEF, l’AFD et l’UNFPA.

Vers la fin du manque de données dans l’Education nationale ?. C’est l’objectif du moins affiché ces derniers jours par la ministre Nadine Patricia Anguile. Lors d’une réunion qui s’est tenue jeudi dernier à son cabinet, la ministre a sollicité l’appui technique et surtout financier de ses interlocuteurs en vue du financement de deux projets relatifs respectivement à la collecte en urgence de données statistiques basiques ; et à la mise en place, à moyen terme, d’un outil statistique sectoriel pertinent et pérenne.

Une vue des partenaires internationaux convoqués

La ministre n’a pas manqué d’appeler l’attention de ses hôtes, les Représentants Résidents de l’UNESCO, de la Banque Mondiale, de l’UNICEF, de L’AFD et de L’UNFPA, sur l’impérieuse nécessité pour son département ministériel de se doter de cet outil statistique indispensable au pilotage, à la programmation et à la gestion efficiente du secteur de l’Education nationale, et dont l’absence occasionne des dysfonctionnements dommageables audit secteur.

Selon le communiqué de presse du ministère parvenu à la rédaction d’Info241, à l’issue de cette séance de travail, ces partenaires au développement du Gabon ont donné leur accord de principe pour le financement de ces projets dont ils sont convaincus de la nécessité et de l’utilité, sous réserve d’en définir conjointement, dans les meilleurs délais, les termes de référence et leurs niveaux respectifs de contributions financières.

Une bonne nouvelle donc pour ce secteur primordial qui en manque cruellement. Espérons simplement que ces outils puissent voir prochainement le jour pour améliorer l’appréciation du niveau réel du Gabon en la matière. Affaire à suivre...


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile