13:05

Fête nationale

L’appel au boycott des festivités gabonaises du 17 août 2017 s’organise sur la toile


Société
  • L’appel au boycott des festivités gabonaises du 17 août 2017 s’organise sur la toile © 2017 D.R./Info241
Publié le 9 août 2017 à 14h53min

Le 17 août au Gabon est un jour particulier, il marque l’accession du pays à la souveraineté nationale et internationale et non à une indépendance de la nation qui est toujours prise en otage des multinationales françaises et Françafricaines. Cette souveraineté a été acquise au péril de plusieurs sacrifices et devrait marquer l’avènement d’une République libre, ambitieuse et résolument tournée vers l’avenir. Mais aujourd’hui, 57 ans après, le Gabon est un mouroir, une poudrière dont l’explosion fera des dégâts imparables faute d’une alternance démocratique au pouvoir nécessaire et tant rêvée par le peuple gabonais. D’où l’appel au boycott des festivités gabonaises du 17 août 2017 s’intensifie sur la toile.

Interviewé par Info241 sur cette action de contestation citoyenne, Yannick Wezet-John Nambo, fondateur de Diplo21, acteur à titre personnel de cet appel au boycott des festivités du 17 août 2017 a déclaré : « Force est de constater que cette indépendance n’a pas eu l’effet escompté ; la colonisation a laissé place à des pratiques beaucoup plus insidieuses, des pratiques sournoises et opaques à la base de ce que l’on appelle aujourd’hui « Françafrique ». Si la Françafrique était représentée par une Nation, sa capitale aurait été le Gabon. Le dictateur Ali Bongo, pur produit de ce système a voulu se vanter d’avoir rompu avec ces pratiques éculées… Baliverne ! C’est bien la françafrique qui lui a permis d’être à la place qu’il usurpe en 2009 ».

Poursuivant la démonstration du bien fondé de cet appel au boycott, l’ONG précise aussi que « c’est aussi en partie cette Françafrique (du moins ses restes) qui lui a donné une confiance totalement folle et ce sentiment d’impunité qui lui ont fait croire qu’il avait le pouvoir de vie et de mort sur ses « concitoyens ». Fort heureusement, il parait vraisemblable que les choses aient évolué. On constate en effet, un infléchissement des positions françaises qu’elles émanent des autorités françaises, politiques, diplomatiques ou économiques. Cette nouvelle donne, et bien d’autres éléments de plus en plus évidents nous laissent penser que la Résistance Gabonaise se rapproche de son objectif : LIBERER LE GABON » !

Avant de marteler ce qui suit :« Depuis le coup d’état militaro-électoral d’Ali Bongo. Le groupuscule qui occupe frauduleusement le palais et qui s’octroie la force publique pour leurs intérêts personnels au détriment du peuple se heurte au mur de l’illégitimité. Aux quatre coins du monde, la supercherie est connue. Il semble enfin comprendre qu’il n’y aura rien de possible dans ce pays où la souveraineté populaire a été honteusement bafouée au prix du sang ».

Les actions web 2.0 du boycott du 17 août 2017

Pour les associations de diaspora engagées autour de la la résistance gabonaise : « La mythomanie et le déni pathologiques qui frappent le groupuscule ne dupe aucun gabonais jouissant de ses facultés intellectuelles et ne fait que radicaliser le peuple qui exprime par toutes les manières possibles son rejet et sa détermination à en finir avec Ali Bongo et ses sbires. Le groupuscule tentera par tous les moyens de se servir du 17 août pour se donner de l’air et donner l’image d’un semblant de normalité au Gabon ».

Tout en s’indignant en ces termes :« Le 17 août 2017, correspond à J -15 de la date de Commémoration (1 An) de nos martyrs. Il est inopportun et totalement exclu d’organiser une fête dans le pays. Le Gabon est en deuil et lutte pour une deuxième, une vraie indépendance. Alors les actions retenues sont : *#TousEnJauneLe17Aout* Tissus Rubans Tee-shirt, Essentiellement du jaune. Les mercenaires d’Ali Bongo communiquent actuellement sur La toile avec le hashtag (#AvecMoiLe17Aout). Nous devons les empêcher de communiquer et envahir la Toile sur les manifestations du 17 août 2017 ».

Interrogé par Info241, sur la contestation du 17 août 2017 sur le web, un membre du Conseil Gabonais de la Résistance a expliqué ce qui suit : « Sur La toile avec les hashtags principaux retenus sont les suivants : #SansMoiLe17Aout (Ce Hastag exprime le contraire du Hashtag #AvecMoiLe17Aout) créé par Ali Bongo et son camp. Et si nous l’utilisons il faudra automatiquement y associer le Hashtags #TousEnJauneLe17Aout) ; #Le17AoutAvecJeanPing ; #JeanPing17AoutEnJaune ; #GabonEnDeuil ; #DestituerAliBongo »

Voici donc 5 bonnes raisons de boycotter le 17 août 2017 selon les organisateurs !

1 – Parce que ces « autorités » qui occupent frauduleusement et sans honte les hautes fonctions de l’Etat n’ont même pas le respect des morts, aucun deuil n’a été observé au Gabon pour les nombreuses victimes mortes sous les balles des milices d’Ali BONGO. Pire encore, ils continuent de nier ces décès au mépris de la douleur des gabonais.

2 – Parce qu’il faudrait plutôt montrer que cette indépendance n’est pas encore effective et que la présence d’Ali Bongo en est la preuve !
3- Parce que le 17 août est la fête de l’indépendance du Gabon, pas du « Bongoland », petit pays d’Afrique centrale pillé par une famille kleptomane et dirigé aujourd’hui par un assassin aux portes de la CPI.
4- Par solidarité pour tous les gabonais privés de salaires et tous les élèves privés d’enseignement à causes des choix puérils et irresponsables d’Ali Bongo et de ses sbires.
5- Parce qu’il s’agit d’un acte de Résistance ! Plus rien ne doit être célébré tant qu’Ali Bongo continuera de privatiser la force publique pour se maintenir au pouvoir contre la volonté du peuple !

Et si les voleurs incompétents et illégitimes dirigés par Ali Bongo persistent, martèlent les organisateurs, « que chaque Gabonais saisissent cette opportunité pour marquer son rejet. Trois choix : rester chez soi, sortir en jaune, rendre hommage aux gabonaises et aux gabonais tombés parce qu’ils ont exprimé leur souhait d’alternance, leur besoin vital de démocratie. Le 17 août 2017 sera particulier, si toutefois, à cette date, Ali Bongo et les siens sont encore là où ils ne doivent surtout pas être… »


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile