09:23

Scandale judiciaire

Kevazingogate : François Wu, le cerveau présumé du scandale plaide aussi son innocence !


Société
  • François Wu, considéré par la justice gabonaise comme le cerveau de ce scandale © 2019 D.R./Info241
Publié le 21 mai 2019 à 10h54min

L’affaire des 353 containers de Kevazingo dérobés à la justice gabonaise au port d’Owendo promet d’être épique. Après les ministres indexés mais non-coupables, voilà que François Wu, présenté comme le cerveau de ce nébuleux scandale impliquant de hauts fonctionnaires, plaide à son tour son innocence. C’est en tout ce qu’a clamé hier à la chambre de commerce de Libreville son avocat Tony Serge Minko Mi Ndong qui a également dénoncé plusieurs errements juridiques dans cette affaire.

Lire aussi >>> Kevazingogate : Mapangou clame son innocence et tacle Nkoghe Bekale

Qui a finalement fait disparaître les 353 containers de Kevazingo au port Owendo ? Cette sordide affaire de corruption à grande échelle est loin d’avoir livrer tous ses secrets. Après les ministres de l’Economie, des Transports et des Forêts qui continuent de nier une quelconque responsabilité, voilà que celui qui avait été présenté jusque-là par les autorités judiciaires gabonaises comme le cerveau du Kevazingogate annonce aussi son innocence.

La culpabilité de l’homme d’affaires Chinois, François Wu, serait encore à démontrer dans cette affaire qui survient alors qu’il séjourne toujours hors de nos frontières. Son avocat qui a animé ce 20 mai, une conférence de presse au titre évocateur « l’affaire du Kévazingo ou la chronique d’un échec judiciaire annoncé ? », a annoncé la couleur. Le coupable désigné bat donc en brèche les accusations du parquet de Libreville et dénonce des vices de forme dans l’échafaudage du dossier du procureur Olivier N’Zahou.

L’avocat du cerveau présumé du Kevazingogate, hier à Libreville

« Parler de la disparition ou du détournement de 353 containers sur le site de 3C Transit ne peut prospérer en l’absence d’un procès-verbal de saisie, établi par les agents de douane conformément à l’article 300 du Code des douanes ou de tout autre acte de mise sous main de justice des conteneurs querellés », a soutenu hier Me Tony Serge Minko Mi Ndong. Selon lui, le dossier manquerait ainsi d’éléments juridiques probants et de preuves irréfutables sur lesquels doivent s’appuyer de telles poursuites.

L’avocat du cerveau présumé de ce vaste réseau de contrebande de bois protégé et interdit à l’exportation, a rappelé le principe de présomption d’innocence reconnu à tout justiciable. Avant de clamer que le dossier pourtant à charge qui ne contiendrait que les auditions des agents des Douanes et des Eaux et Forêts. Aux dires de l’avocat de François Wu et de la société 3C Transit & Associés, l’affaire pourrait faire pschitt !


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile