23:40
URGENT >>>

Militaires tués le 7 janvier : l’Etat gabonais retarde toujours des obsèques aux familles


Scandale

Julien Nkoghe Bekalé et les 20 milliards détournés des recettes pétrolières


Analyse
  • Julien Nkoghe Bekalé et les 20 milliards détournés des recettes pétrolières © 2019 D.R./Info241
Publié le 14 janvier 2019 à 15h11min

A peine nommé Premier ministre que les casseroles de Julien Nkoghe Bekalé commencent à émerger. En effet, le nouveau chef du gouvernement traîne derrière lui une sombre affaire de détournement de 20 milliards des recettes pétrolières au profit tenez-vous bien... de la Présidence de la République ! Une sombre affaire financière épinglée dans le dernier rapport de la Cour des comptes livré à Ali Bongo en septembre dernier dont Info241 a pu avoir copie.

Le très ajevien compatible Julien Nkoghe Bekalé est depuis ce samedi au centre de toutes les attentions. Fervent membre du Parti démocratique gabonais dans la premier arrondissement de la commune de Ntoum (Estuaire), le membre du bureau politique a pourtant été épinglé dans le tout dernier rapport de la Cour des comptes. Ce qui n’a pas empêché Ali Bongo à lui confier la gestion de son nouveau gouvernement. Et pour cause !

Selon le rapport que s’est procuré notre rédaction, il y était reproché à Julien Nkoghe Bekalé sa gestion occulte des recettes pétrolières du pays par la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI). La cour indique dans son rapport avoir « procédé à l’instruction des faits présumés constitutifs de gestion de fait d’un montant de vingt milliards (20 000 000 000) de francs CFA au Ministère des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures ».

Le député de Ntoum lors d’une sortie de l’Ajev en septembre dernier

De ces investigations, il ressort que Nkoghe Bekalé à l’aide d’un décret « fantôme », a fait transférer d’importantes sommes issues de l’exploitation pétrolière dans les comptes de la Présidence gabonaise. Le première institution du pays a pu ainsi faire main basse sur les « bonus pétroliers » du Gabon. Rappelons que ces bonus sont « des recettes versées à l’Etat par les compagnies pétrolières lors des signatures de contrats ». La Présidence gabonaise avait ainsi requis 5% de cette manne financière avec le soutien du ministre de l’époque le gentil Julien Nkoghe Bekalé.

Ces irrégularités financières ne s’arrêtent pas là. Le ministre des Mines et du Pétrole de l’époque s’était en plus autorisé à ouvrir un compte à son administration dans la célèbre banque privée locale BGFIBank, au mépris des lois en vigueur. La cour déclare : « Le Ministre du Pétrole s’est immiscé dans les fonctions de comptable public en gérant ledit compte, en violation des dispositions de l’article 2 alinéa 1 du décret n°00110/PR/MINECOFIN du 23 janvier 1975 ».

Au regard de ce tableau peu reluisant, c’est donc en de bonnes mains que se trouvent l’administration publique gabonaise. La Présidence gabonaise qui a profité des largesses oh combien non généreuses de Julien Nkoghe Bekalé a donc décidé de lui confier la Primature. Un logique retour d’ascenseur pour ce soldat docile, toujours prêt à rendre service à la baronnie présidentielle.

Cliquez sur l’icone pour télécharger le rapport 2018 de la Cour des comptes


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile