07:43

Accès à l’emploi

Journée de la Femme : l’OIT dénonce la persistance d’inégalités entre hommes et femmes


International
  • De jeunes ouvrières fabriquant des chemises à Accra, au Ghana © 2018 D.R./Info241
Publié le 8 mars 2018 à 13h43min

Malgré des progrès sensibles au cours des vingt dernières années, les inégalités entre hommes et femmes en matière d’accès au marché du travail, de chômage et de conditions de travail persistent. C’est ce qu’indique de nouveaux chiffres publiés hier par l’Organisation internationale du travail (OIT), à la veille de la journée de la Femme célébrée aujourd’hui.

Dans la plupart des régions du monde, les femmes sont moins susceptibles que les hommes d’être actives sur le marché du travail et ont plus de risques d’être au chômage, selon cette étude de l’OIT publiée à la veille de la Journée internationale des femmes (célébrée le 8 mars).

Selon le rapport intitulé "Emploi et questions sociales dans le monde : Aperçu global des tendances pour les femmes 2018", le taux d’activité mondial des femmes – 48,5% en 2018 – est toujours inférieur de 26,5 points de pourcentage à celui de leurs homologues masculins. En outre, le taux de chômage mondial des femmes pour 2018 – 6% – est approximativement de 0,8 point de pourcentage plus élevé que celui des hommes.

Au total, cela veut dire que pour dix hommes ayant un emploi, seules 6 femmes en ont un. « En dépit des progrès enregistrés et des engagements pris pour continuer de progresser, les perspectives des femmes au travail sont encore loin d’être équivalentes à celles des hommes », explique Deborah Greenfield, Directrice générale adjointe de l’OIT pour les politiques.

Cependant, l’étude signale de nettes disparités en fonction du niveau de richesses des pays. Par exemple, les différences entre les taux de chômage des hommes et des femmes sont relativement minces dans les pays développés. Les femmes enregistrent même des taux de chômage inférieurs à ceux des hommes en Europe orientale et en Amérique du Nord.

A l’inverse, dans des régions comme les Etats arabes et l’Afrique du Nord, les taux de chômage des femmes sont toujours deux fois plus élevés que ceux des hommes, en raison de normes sociales qui continuent de faire obstacle à la participation des femmes à l’emploi rémunéré.

Autre exemple illustrant ces différences, l’écart entre les taux d’emploi des hommes et des femmes se resserre dans les pays développés et les pays en développement alors qu’il continue de se creuser dans les pays émergents. Cependant, ce n’est peut-être que le reflet du nombre grandissant de jeunes femmes qui, dans ces pays, intègrent l’enseignement formel, ce qui retarde leur entrée sur le marché du travail.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile