19:52

Vœux à la nation

Jean Ping : « Le Gabon et les Gabonais doivent sortir d’une dictature qui pille et qui tue »


Politique
  • Jean Ping : « Le Gabon et les Gabonais doivent sortir d’une dictature qui pille et qui tue » © 2019 D.R./Info241
Publié le 1er janvier 2019 à 08h08min

Comme nous l’annoncions, le président de la Coalition pour la Nouvelle République Jean Ping s’est adressé ce soir au Peuple gabonais. L’opposant au régime d’Ali Bongo qui revendique toujours sa victoire à l’élection présidentielle 2016 a réaffirmé lors de son discours à la nation son engagement sans concession à faire respecter l’expression du suffrage universel et l’intérêt général de la nation.

En invitant les Gabonais à se battre pour « sortir le Gabon d’une dictature qui pille et qui tue ». Nous vous livrons dans les lignes qui suivent l’intégralité du discours du natif d’Omboué, espoir de démocratie républicaine pour la diaspora Résistante.

Mes chers compatriotes,

L’année 2018 s’achève, une autre commence. Je sais que cette année a été pour la majorité des Gabonais une année difficile, une de plus, une de trop.

Mes Chers Compatriotes,

Vous m’avez élu, le 27 Août 2016, avec plus de 65% de suffrages.

Faire aboutir notre noble combat pour la libération du Gabon, tel est l’engagement que je souhaite toujours et encore mener à chaque instant à vos côtés. Je sais que le monde nous regarde, l’Afrique s’interroge, les Gabonais espèrent que la vérité sera dite et effective, dans les faits.

Je connais votre détermination à faire du Gabon un pays à l’abri de la peur et du besoin. Nous y parviendrons.

En effet quelle que soit la complexité de la situation, la difficulté doit être surmontée lorsque sont en jeu l’intérêt de la Nation et ce que nous avons tous en partage, c’est-à-dire le bien commun des Gabonaises et des Gabonais. Le peuple gabonais attend de moi que je sois juste.

Mon devoir dans les plus hautes fonctions que vous m’avez confiées est de privilégier l’intérêt général du peuple souverain.

Ensemble, unis pour imposer la vérité des urnes, l’imposture cédera. Alors, à cet instant précis, nous aurons à reconstruire notre pays, un pays considérablement abîmé et meurtri qui a été pris en otage par des aventuriers qui croyaient en leur éternité. Vanité des vanités....

Nous aurons, tous ensemble, à reconstruire profondément le Gabon avec comme objectif non seulement de restaurer la République et notre identité mais aussi de retrouver notre liberté. C’est le sens de mon appel au rassemblement.

Le Gabon et les Gabonais doivent sortir d’une dictature qui pille et qui tue ; d’une dictature qui sème la discorde et qui contrarie notre capacité de vivre ensemble. Dans l’unité, chacun de nous doit recouvrer sa dignité.

Ainsi, seules des institutions solides, fondées sur des valeurs républicaines que nous avons en partage avec le reste du monde moderne et des principes de la démocratie, agissant en toute indépendance au nom du peuple souverain, pourront redresser les torts causés aux paisibles citoyens dans leur libre expression et dans le libre exercice de leurs droits et de leurs devoirs.

Mes chers compatriotes,

Au moment où s’achève cette deuxième année de Résistance, je voudrais redire toute mon admiration aux jeunes, aux femmes, aux hommes, à tous ceux qui ont fait avancer la cause de notre noble combat au prix de multiples souffrances et sacrifices.

Je ne cesserai de penser à tous ceux qui ont perdu prématurément la vie notamment à mon Quartier Général devenu l’Immeuble des Martyrs. La Nation leur sera à jamais reconnaissante ; tout comme elle le demeurera pour tous ceux qui, en dehors du QG et bien avant eux, ont subi le même sort.

Ma pensée va également à nos compatriotes de la Diaspora qui abattent un travail remarquable. La Nation et le monde entier s’en souviendront.

A nos prisonniers politiques, je redis ici mon profond espoir de les voir très bientôt respirer l’air de la liberté retrouvée et de célébrer avec nous l’avènement de la Nouvelle République.

Je voudrais enfin rendre hommage au peuple gabonais pour sa constance et sa cohérence dans tous ces choix politiques, de 2016 à ce jour, démontrant ainsi à la face du monde sa grandeur et sa maturité politique.

Mes Chers Compatriotes,

En transcrivant les mots sublimes qui proclament notre indépendance : Union, Travail, Justice, les pères fondateurs de notre République faisaient des Gabonaises et des Gabonais les héritiers d’une grande promesse.

Au terme de ce triptyque, toutes les Gabonaises et tous les Gabonais se voyaient garantir leurs droits inaliénables à la Vie, à la Liberté, à la Paix et à la Recherche du bonheur partagé.

C’est pourquoi, beaucoup plus qu’une simple fête de fin d’année à célébrer, nous sommes davantage dans le temps de l’engagement lié à une ardente obligation à préparer l’avènement de la Nouvelle République voulue par tous, accomplissant ainsi la promesse des pères fondateurs du Gabon éternel.

Beaucoup plus qu’une simple fête de fin d’année à célébrer, c’est le moment d’affirmer la nécessité de surmonter les haines et les rancœurs accumulées, nécessité sans laquelle, aucune réconciliation n’est envisageable. C’est le sens de mon appel au rassemblement.

Mes chers compatriotes,

Nous ne pouvons nous permettre davantage le luxe d’attendre, ni celui de penser à une solution providentielle, et encore moins de nous complaire dans une sorte de complicité par le silence.

Nous ne pouvons non plus nous permettre davantage de faire des calculs fondés sur le besoin de préserver nos conforts matériels et nous installer dans l’illusion d’une vie tranquille. C’est le sens de mon exhortation à la fermeté.

Le moment est enfin arrivé de réaliser les promesses de nos pères fondateurs, de rendre possible les rêves de nos enfants et de retrouver la plénitude de notre souveraineté.

Je veux adresser à toutes et à tous mes vœux de santé, de liberté et de bonheur les plus affectueux, les plus sincères et les plus chaleureux pour l’année 2019.

J’ai une pensée pour tous ceux qui se sentent seuls en ces moments de fête, pour tous ceux qui sont dans la peine, la douleur, le désarroi et le deuil, en leur souhaitant à tous de retrouver très vite la chaleur qu’ils méritent auprès de leurs proches ainsi que l’espérance d’une humanité partagée.

Que Dieu Bénisse notre pays !

Vive la Nouvelle République.

Vive le Gabon éternel.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile