Présidentielles 2016

Jean Ping désigné candidat unique par des membres du Front de l’opposition gabonaise

Jean Ping désigné candidat unique par des membres du Front de l’opposition gabonaise
Jean Ping désigné candidat unique par des membres du Front de l’opposition gabonaise © 2016 D.R./Info241

Jean Ping, ancien président de la Commission de l’Union africaine qui a sillonné le Gabon depuis plusieurs mois à travers une tournée provinciale et une campagne de terrain a été désigné vendredi à Libreville, candidat unique de l’opposition pour la présidentielles de 2016. Ce vote s’est fait après une audition au sortir de laquelle, il a été plébiscité à l’unanimité par les seize membres (sur 27) du Front uni de l’opposition pour l’alternance (FUOPA)

News sur WhatsApp

Sur 27 partis et personnalités du Front, 16 ont voté et tous les 16 ont voté pour moi a déclaré Jean Ping quelques heures après le vote qui a eu lieu au siège du Front dans le quartier de Glass à Libreville. Jean Ping avait officialisé sa candidature à l’investiture de l’opposition le 5 janvier 2016, prenant de court le rappel à l’ordre du président en exercice du Front, le Pr André Kombila.

L’ancien président de la Commission de l’UA est en campagne à travers l’arrière pays depuis plusieurs mois. Par sa tournée dans l’intérieur du Gabon, il a expliqué sa vision pour une alternance et un changement démocratique. Ainsi, lors du meeting de clôture de sa tournée provinciale dans l’Estuaire, Jean Ping avait décliné clairement son projet politique. En affirmant : « Je voudrais également formuler pour notre pays, les vœux d’espoir, d’alternance et de changement. L’année 2016 doit être celle où, à l’unisson, nous instituons une Nouvelle République afin que les Gabonaises et les Gabonais vivent désormais à l’abri de la peur et du besoin. »

Parlant de l’engouement populaire pour le changement des autorités politiques gabonaises à la tête de l’Etat, Jean Ping indiquait que, « cette mobilisation exceptionnelle des peuples de l’Estuaire en faveur de l’alternance démocratique tant attendue par les populations gabonaises depuis un demi-siècle, est, à n’en point douter, le témoignage vivant de votre foi inébranlable et votre attachement indéfectible à notre chère République Gabonaise qui est Une et Indivisible ! »

Le challenger assuré d’Ali Bongo pour la présidentielle de 2016 faisait remarquer aussi que,« cette mobilisation exceptionnelle des populations de l’Estuaire en faveur de l’alternance démocratique est assurément un camouflet et une mémorable défaite politique de cet Etat-PDG moribond, honni, rejeté, impopulaire et volontiers dégradant de l’âme gabonaise pourtant généreuse à maints égards. »

A moins de huit mois de la prochaine présidentielle, Jean Ping a ouvert les hostilités d’une campagne qui s’annonce très dense. Car son principal adversaire n’est autre que l’ancien président du Gabon, Ali Bongo. Qui sera sans aucun doute, le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG). L’ancien président de la commission de l’UA en fin pédagogue s’attelle de plus belles à communiquer autour de son projet de société qui, a-t-il expliqué, a pour objectif primordial «  d’instaurer la démocratie pluraliste et le respect des libertés fondamentale dans un Gabon où les dirigeants n’ont cessé de rentrer dans le 21e siècle à reculons. »

Mais cette candidature présumée unique de l’opposition ne fait pas l’assentiment unanime de tous les barons de l’opposition gabonaise. Notamment ceux qui constituent les 11 autres partis membres du Front. Et pas des moindres, car on peut noter l’antagonisme prononcé envers Jean Ping des cadors du très ancien parti l’Union Nationale (UN).

Dans ce dernier, les ténors membres fondateurs composent cette coalition vacillante dénommée Front uni pour l’opposition. Mais aussi de grosses pointures politiques comme Jean de Dieu Moukagni (UPG, aile loyaliste). Sans oublier, Didjob Divungui Di Ndige (Adere) qui a aussi animé des meetings de conscientisation. Et bien sur, Jacques Adiahenot, ancienne cheville ouvrière du parti au pouvoir qui a déjà déclaré son désaccord à la démarche qui a conduit à la désignation de Jean Ping comme candidat unique de l’opposition.

D’ailleurs le clan de Zacharie Myboto dit ne pas être informé de cette désignation de Jean Ping comme candidat unique de l’opposition gabonaise. En effet a expliqué Zacharie Myboto à nos confrères de Gabonactu, « cette désignation, ne concerne pas le Front. Cela ne concerne que ceux qui ont fait cette déclaration. » Avant d’ajouter que « le Front n’est nullement concerné par cette annonce ».

Plus aucun doute laissait planer les ambitions de Jean Ping qui a visiblement plus d’appétit et d’engagement que d’autres opposants qui brillent par une absence sur le terrain national. Et sur la bataille médiatique lancée par Ali Bongo depuis plus d’un an. Il est le seul candidat plutôt en action, il a notamment lancé son site internet de campagne dès le 18 juin 2015. Afin d’exprimer sa « vision du Gabon », de reprendre « ses interventions récentes », citer « ses déclarations à la presse » et publier « ses communiqués ».

Rappelons que sa tournée provinciale est relayée non seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi à travers un accord avec la télévision TV+ Gabon, qui diffuse et rediffuse une partie de son travail et ses campagnes de terrain sur de l’état du pays. Alors que des combats de leadership qui ont été naturellement mis au goût du jour ces derniers mois au sujet de sa candidature, Jean Ping doit s’attacher à consolider l’union avec tous les leaders de l’opposition. Il doit jouer la carte de l’intégration et du dialogue pour que sa candidature unique soit partagée par toutes les personnalités politiques du Front. To be continued !


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article