11:05

Crise post-électorale

Le Peuple Gabonais, mobilisé pour préserver sa souveraineté nationale et son vote démocratique


Analyse
  • Le Peuple Gabonais, mobilisé pour préserver sa souveraineté nationale et son vote démocratique © 2017 D.R./Info241
Publié le 19 août 2017 à 09h21min

Le Gabon retient son souffle. Qu’est-ce qui se passera les heures et jours avenirs ? Le mot d’ordre de libération nationale, tant attendu par le leader de la coalition de l’opposition gabonaise a été lancé. Jean Ping qui revendique toujours sa victoire à la présidentielle du 27 août 2016 a durci le ton à travers son discours à la nation prononcé le 18 août à Libreville. En « Président élu » de la République gabonaise, il a appelé l’ensemble du peuple souverain à se mobiliser à compter d’hier pour faire triompher son vote démocratique exprimé et d’utiliser tous les moyens pacifiques et civiques pour préserver la souveraineté nationale pour contrecarrer la dictature d’Ali Bongo et son régime.

Lire aussi >>> Indépendance an 57 : Jean Ping appelle sans délai le peuple gabonais à sa prise de pouvoir

Le Peuple souverain debout comme un seul homme est face à son rendez-vous historiquement national. Il ne s’agit plus d’une question seulement politique, mais du destin commun national qui est en jeu. Pas besoin d’attendre une quelconque organisation ou des consignes, chacun doit jouer sa partition. Face à la dictature d’Ali Bongo et son régime, chaque citoyen Gabonais où qu’il soit, peu importe le pays où il réside, se doit désormais avec la plus grande énergie et de façon pacifique de réaliser « toute manifestation civique conforme aux droits à la libre expression, à la liberté de manifester, et aux droits fondamentaux prescrits par la Constitution ».

Dans son discours à la nation, Jean Ping s’est montré très déterminé à faire respecter le vote démocratique du peuple gabonais qui doit à son tour désormais jouer sa partition citoyenne. Le « Président élu » du Gabon a déclaré ce qui suit : « Oui, mes chers compatriotes, le Gabon nous survivra. Il survivra à nos enfants et à toutes les générations qui suivront. Il est venu le temps pour nous de nous réapproprier ce chemin qui mènera au triomphe de tous nos principes, de toutes nos valeurs, de tout ce qui fait de nous un Grand Peuple. Car il n’y a pas d’indépendance sans le respect de la souveraineté du peuple. ».

Pour l’ancien président de la Commission de l’Union africaine « Oui, il n’y a pas d’indépendance sans le respect de la souveraineté du peuple. Peuple opprimé ! Peuple massacré ! Peuple martyrisé ! Il nous faut arriver à ce triomphe. Nous nous le devons au nom de l’amour que nous portons à notre mère patrie et à nos ancêtres. Ce triomphe, il est le nôtre. Il est l’écho du résultat sorti des urnes exprimé le 27 août 2016 en faveur de ma personne. Ce triomphe, rien ne peut le taire ou le noyer éternellement dans l’oubli, encore moins dans le sang de nos frères et sœurs. Il s’agit ici de la survie de notre Nation ».

Lire aussi >>>Jean Ping appelle les forces de l’ordre à préserver la sécurité de la nation et du peuple Gabonais

S’exprimant sur la médiation internationale pour la passation des charges pacifiques, Jean Ping a indiqué : « Nous avons tout tenté pour que ceux qui ont choisi de régner par le sang des Gabonais retrouvent la raison et la sagesse. Mais, vous le constatez vous-mêmes, rien n’y a fait. Ils ne sont obnubilés que par une volonté aveugle de s’accrocher par tous les moyens au pouvoir, un pouvoir que les Gabonaises et les Gabonais leur ont clairement refusé, le 27 Août 2016. Il est donc temps que nous soyons les maîtres de notre destin commun. Et cela nul Homme, nulle arme, nul système ne peut le faire à notre place ».

Pour celui qui se présente comme le ’’Président élu’’ de la République gabonaise : « Nous devons briser les lourdes chaines qui entravent le bon déroulement de notre histoire. Ces lourdes chaines ont une origine, la dictature ; mettons-y définitivement fin par la démocratie. Nous avons là, l’occasion de montrer au monde la force et la détermination de notre peuple. Depuis le 31 Août 2016, date du braquage de votre vote, vous avez toujours manifesté votre volonté d’en découdre par tous les moyens avec ce régime. A partir de ce jour, je ne vous retiens plus. En conséquence, je demande aux populations de l’Estuaire, du Haut-Ogooué, du MoyenOgooué, de la Ngounié, de la Nyanga, de l’Ogooué-Ivindo, de l’Ogooué-Lolo, de l’OgoouéMaritime, du Woleu-Ntem et tous les Gabonais de la diaspora, de se lever comme un seul homme, pour marquer solennellement, mon arrivée au pouvoir » .

Dans cet esprit, a martelé tout déterminé, Jean Ping « je vous enjoins d’organiser, dès aujourd’hui et sans limite, jusqu’au départ des putschistes toute manifestation civique conforme aux droits à la libre expression, à la liberté de manifester, et aux droits fondamentaux prescrits par la Constitution. J’attends de vous, que vous soyez les pèlerins de la protestation populaire et de sa légitime colère. Dans cette forte mobilisation de restauration de la souveraineté, nous devons veiller à préserver les personnes et les biens ; et notre patrimoine commun ».


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile