20:46

Front social

Grève à la Poste : la direction de PostBank conteste la légitimité des syndicalistes


Société
  • Jean-Christophe Makanga, l’inspecteur coordinateur de la Poste gabonaise hier © 2018 D.R./Info241
Publié le 13 mars 2018 à 13h40min

Pour tordre certainement le coup à la grève qui secoue la PostBank, la direction a appelé hier le syndicat en grogne à procéder au renouvellement de son bureau. Ceci dans le seul but de poursuivre les discussions dans un climat de sérénité, affirme l’entreprise publique gabonaise. Une demande jugée inappropriée par les syndicalistes du Syndicat national des agents de la Poste (Synaposte) qui dénonce les violations de la convention de médiation signée par la direction.

S’achemine t-on vers un durcissement du ton à la PostBank ? Pour l’inspecteur coordinateur de la Poste gabonaise, Jean-Christophe Makanga, la direction de l’entreprise ne mènerait plus de discussions avec un bureau qui manque de "légitimité". Pour l’entreprise et sa direction générale, le mandat de l’actuelle équipe syndicale serait arrivé depuis à son terme, mieux certains membres, dont le secrétaire général, ont fait valoir leurs droits à la retraite.

«  Il a été demandé au syndicat de la poste de revoir son bureau qui se renouvelle chaque 30 mars, afin d’être toujours légitime, au cours de l’ensemble des discussions qui se veulent internes. Une préoccupation qui n’a pas trouvé un écho favorable auprès des personnes concernées », a expliqué l’inspecteur, Jean-Christophe Makanga.

Mieux, a-t-il poursuivi, les agents syndiqués se disent victimes d’un règlement de compte suite à la plainte du directeur à leur endroit. La plainte a été déposée avant la médiation et n’a donc aucun rapport avec les activités syndicales. A propos des salaires, M. Makanga, a rappelé que depuis que la Poste connaît des soucis, elle est accompagnée par l’Etat régulièrement dans le paiement des salaires. A ce propos, le seul mois dû aux agents est le mois de février.

Pour les syndicalistes, la direction générale n’est pas apte à jurer la durée de mandat du syndicat et des départs des agents fonctionnaires à la retraite. « Lors des discussions tenues sous médiation, il a été admis que la direction s’est trompée en envoyant des fonctionnaires en pré-retraite, en visant l’article 75 du code de sécurité sociale. Elle n’a pas respecté la signature de convention dans laquelle, elle s’engageait à payer les salaires régulièrement aux agents, et à ne pas poursuivre les syndicalistes », a confié M. Ikapie, porte-parole des syndicalistes.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile