13:37

Incompréhension

Franceville : le maire fait détruire des habitations voisines au palais d’Ali Bongo


Société
  • Les habitations détruites et en toile de fond le palais d’Ali Bongo © 2017 D.R./Info241
Publié le 6 novembre 2017 à 14h00min

La famille et les proches de l’ancien maire de Franceville Fulbert Oloui dorment depuis le 2 novembre à la belle étoile. En cause, l’actuel maire de localité, Roger Ayouma, a sans aucune forme de procès, fait détruire leurs habitations de fortune où vivaient 38 personnes. Pour justifier son acte de démolition, Roger Ayouma a évoqué l’insalubrité des lieux où vivaient la famille de l’ancien édile.

La famille Oloui est inconsolable. Depuis jeudi dernier, le maire de Franceville a fait détruire les maisons dans lesquelles logeaient Fulbert Oloui et ses proches. Fulbert Oloui, ancien maire de Franceville, est connu pour son amabilité et surtout comme un homme sans problème. La destruction de leurs habitations par la mairie a provoqué un vif sentiment de colère et d’injustice chez les voisins de la demeure provincial d’Ali Bongo.

Les déguerpis désormais à la belle étoile

Selon certaines indiscrétions, ces habitations situées près du Palais présidentiel - mais séparées par le fleuve Mpassa - ont été faites détruites sur instruction des autorités présidentielles. Pour accomplir ce dessein, la mairie a fait débouler sur les lieux plusieurs engins lourds et une forte présence policière pour contraindre les Oloui à quitter les lieux.

Sans aucune autre forme de procès, les déguerpis n’ont eu que leurs yeux pour pleurer et ont été chassés sans espoir de relogement. Une fermeté qui a glacé le dos des habitants qui reconnaissaient l’hospitalité légendaire de Fulbert Oloui. Les déguerpis par la puissance publique ont quant à eux tout perdu : congélateurs, téléviseurs, vêtements, matelas, pièces d’état civil et d’autres biens très importants.

Une vue des biens détruits

Fulbert Oloui a déclaré à Info241 concernant le mobile avancé d’insalubrité de ses habitations : « C’est déjà une chance pour ces gens que le président ait eu à le constater et se préoccupe tant de leur sécurité. Je n’ai fait que les aider en prenant l’engagement de loger des compatriotes. Ce, sachant que l’habitat est un droit fondamental ». Et d’ajouter « ces populations étaient obligées de faire avec les moyens et les matériaux qui étaient leur disposition, pour parer à la nécessité. L’amélioration viendra plus tard ».


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile