Entrée au Gabon

Fièvre jaune : le Gabon interdit l’accès à son territoire aux personnes non vaccinées

Fièvre jaune : le Gabon interdit l’accès à son territoire aux personnes non vaccinées
Fièvre jaune : le Gabon interdit l’accès à son territoire aux personnes non vaccinées © 2019 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/fievre-jaune-le-gabon-interdit-l-acces-a-son-territoire-aux,4577
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/4577

Une tracasserie en perspective pour les voyageurs se rendant au Gabon. Les autorités gabonaises ont décidé mercredi soir, de rendre obligatoire la vaccination à la fièvre jaune pour avoir accès au pays dirigé par Ali Bongo. C’est ce que stipule un communiqué du ministère gabonais de la Santé, parvenu hier à la rédaction d’Info241.

Il va falloir que vous fassiez attention aux vaccinations si vous devez vous rendre au Gabon. Les autorités gabonaises ont en effet rappelé hier, le caractère obligatoire de la vaccination à la fièvre jaune, maladie virale aiguë transmissible de l’animal à l’homme et d’homme à homme par divers moustiques du genre Aedes, hôtes intermédiaires et vecteurs. Cette maladie tropicale qui peut s’avérer mortelle, touche chaque année environ 200 000 personnes en Amérique et en Afrique.

Carte des zones d’Afrique touchées par la fièvre jaune, selon l’OMS en 2015

Selon le communiqué des autorités sanitaires, « il est rappelé aux voyageurs, que conformément au Règlement sanitaire international (RSI), la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour tous les voyageurs internationaux », indique sans aucune autre explication le ministre de la Santé Max Limoukou dans son bref communiqué de mise en garde des voyageurs entrant sur notre territoire.

Cette restriction d’entrée est également étendue aux nationaux, souligne le communiqué. « Il est rappelé aux voyageurs, que pour entrer au Gabon, la vaccination contre la fièvre jaune est exigée aussi bien des nationaux que des étrangers », renchérit le communiqué. Une injonction à prendre au sérieux au regard des tracasseries que pourraient engendrer l’absence de toute trace de vaccination à cette fièvre qui semble avoir mis en alerte les autorités gabonaises.


Commenter l'article