Après les législatives

Faustin Boukoubi propulsé au perchoir de l’Assemblée nationale gabonaise

Faustin Boukoubi propulsé au perchoir de l’Assemblée nationale gabonaise
Faustin Boukoubi propulsé au perchoir de l’Assemblée nationale gabonaise © 2019 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/faustin-boukoubi-elu-au-perchoir-de-l-assemblee-nationale,4126
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/4126

Prévu pour cet après-midi à 14h, les députés de la 13e législature ont élu sans surprise Faustin Boukoubi (64 ans) à la tête de l’Assemblée nationale. L’ancien secrétaire général du parti d’Ali Bongo avait été débarqué de son poste le 10 août 2017. C’est donc sa fidélité au régime Bongo qui vient d’être récompensée ce jour par une assemblée nationale contrôlée à une écrasante majorité par les membres du parti au pouvoir au Gabon depuis 1968.

Les députés du Parti démocratique gabonais (PDG) ont porté ce vendredi à la tête de l’hémicycle du palais Léon Mba dissout le 30 avril 2018, le président de leur comité des sages. L’ancien secrétaire général du PDG, Faustin Boukoubi, plusieurs fois ministres fait son grand retour au devant de la scène politique qu’il avait été contraint de quitter en août 2017.

Un départ du PDG et des « affaires » négocié au forceps par la jeune garde d’Ali Bongo qui n’en pouvait plus de cet hiérarque du parti au pouvoir, témoin des années glorieuses d’Omar Bongo. Avec l’absence d’Ali Bongo, c’est donc usant de son influence restée grandissante au sein des arcanes du parti, que ce féru de politique rangé trop tôt au placard renaît aujourd’hui de ses cendres .

C’est donc à un homme d’expérience que les députés fraîchement élus lors des scrutins des 6 et 27 octobre, ont décidé de confier le perchoir de l’Assemblée nationale gabonaise. Une assemblée nationale appelée à jouer pleinement son rôle dans un pays dont le président malade, est absent du pays depuis près de 3 mois et ravagé en début de semaine par un éphémère coup d’état manqué.


Commenter l'article