03:45
URGENT >>>

Les Aigles du Mali molestent à Libreville les Panthères du Gabon !


Franc CFA

Dévaluation du FCFA : la BEAC réaffirme la bonne santé de l’économie sous-régionale


Economie
  • Le gouverneur de la BEAC, Abbas Mafiamat Tolli, répondant aux questions de la presse à l’issue de la réunion du CPM, le 31 octobre à Yaoundé © 2018 D.R./Info241
Publié le 8 novembre 2018 à 10h52min

La question de la dévaluation du franc CFA n’est toujours pas à l’ordre du jour pour la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Son Comité de politique monétaire (CPM) s’est d’ailleurs félicité de la bonne santé de la sous-région dans un communiqué officiel parvenu ce jeudi à la rédaction d’Info241. Preuve de cette bonne santé, le CPM a relevé plusieurs indicateurs économiques sous-régionaux.

Sous la présidence du gouverneur de la BEAC, le Tchadien Abbas Mafiamat Tolli, le CPM s’était donné rendez-vous à Yaoundé le 31 octobre dernier, rappelle le communiqué. Une troisième réunion ordinaire au cours de laquelle, le comité « a pris connaissance des perspectives macroéconomiques mondiales et sous-régionales ».

Il ressort de ces travaux que la situation actuelle des pays de la CEMAC est loin de celle de 1994, année où était intervenue la précédente dépréciation du franc CFA face à l’Euro. Pour le CPM qui dit avoir « passé en revue la situation économique et monétaire récente de la CEMAC, ainsi que les perspectives à court terme », il ressort que « en 2018, avec la remontée des cours et de la production du pétrole brut, l’accélération de la mise en œuvre des réformes économiques, monétaires et financières prévues dans le PREF-CEMAC et les programmes conclus avec le FMI, I’activité économique devrait s’améliorer ».

Une vue de la réunion du CPM du 31 octobre

Ainsi, poursuit le communiqué de la BEAC, « il est prévu pour 2018 :

  • un taux de croissance du PIB réel de 1,7 % contre 0,2% en 2017 ;
  • le maintien de l’inflation sous le seuil communautaire à 1,7 %, contre 0,9 % un an plus tôt ;
  • la réduction du déficit budgétaire (hors dons) à 0,3% du PIB, contre 3,8% en 2017, tandis que le déficit extérieur courant (hors dons) reviendrait à 4,2% du PIB, contre 4,5% en 2017 ;
  • et un redressement du taux de couverture extérieure de la monnaie à 59,7%, contre 57,5% en 2017 ».

Fort de ce constat reluisant, le CPM « au regard des perspectives macroéconomiques favorables de la sous-région et en appui à sa soutenabilité extérieure », a décidé de : « relever le Taux d’Intérêt des Appels d’Offres de 2,95% à 3,50% ; relever le taux de la facilité marginale de prêt de 4,70% à 5,25% ; de maintenir inchangé le taux de la facilité marginale de dépôt ; relever le taux de pénalité aux banques pour le porter de 7,00% à 7,55% ; et de maintenir inchangés les coefficients des réserves obligatoires ».

Ces différentes mesures, conclut le communiqué, « viennent en soutien aux programmes économiques et financiers en cours d’exécution dans la sous-région ». Une


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile