20:46

Patrimoine de l’Unesco

Le complexe W-Arly-Pendjari inscrit sur la liste du patrimoine mondial


Culture
  • Complexe W-Arly-Pendjari Burkina Faso, Bénin, Niger © 2017 D.R./Info241
Publié le 8 juillet 2017 à 00h16min

Dans un communiqué de presse de l’institution onusienne culturelle parvenu ce samedi à la rédaction d’Info241, le Comité du patrimoine mondial, réuni à Cracovie (Pologne)depuis le 2 juillet, informe avoir inscrit sur la Liste du patrimoine mondial la Vieille ville d’Hébron/Al-Khalil (Palestine) et le Complexe W-Arly-Pendjari (Bénin, Burkina Faso), qui est une extension du Parc national du W du Niger, au cours de sa session du matin. Le site de Vieille ville d’Hébron/Al Khalil a simultanément été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Les nouveaux sites sont (par ordre d’inscription) : Vieille ville d’Hébron/Al-Khalil (Palestine). L’utilisation d’une pierre calcaire locale a marqué la construction de la vieille ville d’Hébron /Al-Khalil au cours de la période mamelouke entre 1250 et 1517. Le centre d’intérêt de la ville était le site de la mosquée Al-Ibrahim/le tombeau des Patriarches dont les édifices se trouvent dans l’enceinte construite au Ier siècle de notre ère pour protéger les tombes du patriarche Abraham/Ibrahim et de sa famille.

Ce lieu devint un site de pèlerinage pour les trois religions monothéistes : judaïsme, christianisme et islam. La ville était située au croisement de routes commerciales de caravanes cheminant entre le Sud de la Palestine, le Sinaï, l’Est de la Jordanie et le nord de la péninsule arabique. Bien que la période ottomane (1517-1917) présente une extension de la ville dans les zones environnantes et apport de nombreux ajouts architecturaux, en particulier la surélévation des maisons avec la construction d’étages supplémentaires, la morphologie globale de la ville mamelouke a persisté dans l’organisation hiérarchique des quartiers déterminés par des rassemblements autour de l’origine ethnique, la religion ou la profession, et des maisons dont les pièces sont organisées selon un système d’arborescence.

Complexe W-Arly-Pendjari [extension du « Parc national du W du Niger », Niger], Bénin/Burkina Faso. Cette extension transnationale (Bénin, Burkina Faso) du Parc national du W au Niger, inscrit en 1996 sur la Liste du patrimoine mondial, forme une vaste étendue de savane soudano-sahélienne intacte avec des types de végétation tels que les prairies, les brousses arbustives, les savanes boisées ou les forêts ouvertes. Il s’agit du plus vaste continuum d’écosystèmes terrestres, semi-aquatiques et aquatiques de savanes d’Afrique de l’Ouest.

Le bien sert de refuge à des espèces animales qui ont disparu ou sont très menacées. Il accueille notamment la population d’éléphants la plus grande d’Afrique de l’Ouest et la plupart des grands mammifères typiques de la région comme le lamantin d’Afrique, le guépard, le lion ou le léopard. Il abrite aussi la seule population viable de lions de la région. La 41e session du Comité du patrimoine mondial, présidée par Jacek Purchla, fondateur et directeur du Centre culturel international de Cracovie, se tient du 2 au 12 juillet. Les inscriptions se poursuivent jusqu’au 9 juillet inclus.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile