Front social

Des étudiants lésés de l’ENS manifestent au ministère de l’Enseignement supérieur

Des étudiants lésés de l’ENS manifestent au ministère de l’Enseignement supérieur
Quelques uns d’entre eux, hier dans les locaux du ministère de l’Enseignement supérieur © 2020 D.R./Info241
qrcode:http://info241.com/des-etudiants-leses-de-l-ens-en-grogne-au-ministere-de-l,4860
Flashez le qr-code ci-dessus pour partager l'article à vos proches.

L'URL de partage de cet article est http://info241.com/4860

Les étudiants en master de la 23e et 24e promotion de l’Ecole normale supérieure (ENS) sont en colère. Ils observent depuis hier un sit-in devant les locaux du ministère gabonais de l’Enseignement supérieur de Jean de Dieu Moukagni Iwangou. Se disant victimes d’injustice de la part des autorités, ils réclament le paiement de leur bourse d’études et leurs affectations d’enseignants avec bons de caisse.

Ils sont environ 159 étudiants de cycle master concernés par leur absence d’affectation et le non-paiement de leur bourse d’études. Pris dans un quiproquo administratif lié à leur appartenance à la 23e et 24e promotion de cet établissement supérieur, ces étudiants ne savent plus à quel saint se vouer pour la régularisation de leur situation administrative. D’où leur mouvement d’humeur déclenché hier à Libreville.

Une vue de leur sit-in d’hier

Leurs ennuis administratifs remontent à plusieurs mois. Depuis que le flou règne sur leur situation administrative, ils n’ont toujours pas été reçus par les responsables du ministre de l’Enseignement supérieur à qui ils ne demandent que la régularisation de leur situation. « Nous avons déposé les dossiers depuis plusieurs mois, mais nous constatons que ces dossiers n’avancent pas. Ils s’arrêtent à un certain niveau », dénonce un étudiant lésé.

« La direction générale (de l’ENS, ndlr) nous ment. Elle joue au superflu » affirme un autre en colère. Rappelons que l’année 2018-2019 n’est toujours pas arrivée à son terme à l’ENS. Ces étudiants regroupés en collectif ne sont pas encore affectés et ne bénéficient pas non plus des allocations contrairement à d’autres qui étaient dans la même situation qu’eux. D’où leur cri d’alerte à une injustice qui ne dit pas son nom.

En attendant que leur désarroi fasse enfin écho auprès des services de Jean de Dieu Moukagni Iwangou, ils ont promis poursuivre leur sit-in devant les locaux du ministère de l’Enseignement supérieur sis au quartier Batterie 4 de Libreville. Ce, jusqu’à ce qu’ils soient enfin reçus par lesdits responsables pour solutionner leurs difficultés administratives.


Commenter l'article