Mœurs

Dépénalisation de l’homosexualité : le PSD appelle le gouvernement au retrait du texte

Dépénalisation de l’homosexualité : le PSD appelle le gouvernement au retrait du texte
Dépénalisation de l’homosexualité : le PSD appelle le gouvernement au retrait du texte © 2020 D.R./Info241

Le projet de loi du gouvernement sur la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon, ne fait toujours pas l’unanimité. Après l’église catholique qui lui a opposé hier une fin de non recevoir, le Parti social démocrate (PSD, opposition modérée) de l’ancien vice président du Gabon, Pierre Claver Manga Moussavou, a appelé ce jeudi le gouvernement au retrait du texte de loi actuellement au Sénat pour éviter « un soulèvement qui viendrait gêner la cohésion nationale ».

La dépénalisation de l’homosexualité voulue par le gouvernement gabonais avec à sa tête le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale continue de cristalliser le débat public. Après le « non » catégorique déchainé à l’issue de la validation du texte auprès des députés de l’Assemblée nationale mardi, les voix continuent de s’élever contre le texte de reforme du Code pénal à l’origine de la lévée de bouclier des populations.

Cette fois, c’est le parti de l’ancien vice-président du Gabon Pierre Claver Manga Moussavou qui donne la réplique à la volonté du gouvernement de faire passer le texte querellé. Pour le PSD, « le Gouvernement doit en urgence retirer le projet de Loi sur la Dépénalisation de l’Homosexualité soumis à la première chambre du Parlement », a déclaré Pierre Claver Manga Moussavou sur Facebook.

Le message du PSD

« En effet, au risque de dresser la volonté générale contre la minorité, il vaut mieux retirer ce projet de loi. Un passage en force risquerait de donner lieu a un soulèvement qui viendrait gêner la cohésion nationale », prévient l’ancien vice président d’Ali Bongo. Avant d’ajouter : « Aussi, le Président du Parti Social Démocrate (PSD) que je suis, invite très logiquement le Président de la République à faire retirer ce texte par son Premier Ministre, afin de ramener dans le pays la sérénité déjà éprouvée par le Coronavirus ».

L’ancien vice président termine son propos en invitant Ali Bongo à consulter les gabonais par voie référendaire. « Pour un débat qui redéfinit en profondeur notre société, j’encourage le Président de la République à utiliser la voie référendaire au lieu de jeter en pâture des Députés ou Sénateurs qui n’auront pas eu le temps de consulter ceux pour qui ils sont censés s’exprimer au Parlement », a déploré le responsable du PSD.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article