15:00
URGENT >>>

Kevazingogate : Mapangou clame son innocence et tacle Nkoghe Bekale


Crise post-électorale

Daniel Ona Ondo humilié à son tour à Paris par des activistes de la diaspora gabonaise


International
  • Ona Ondo et le taxi l’ayant servi de refuge à la colère de ses compatriotes © 2019 D.R./Info241
Publié le 16 février 2019 à 09h14min

Dur dur d’être un officiel gabonais en séjour en France. L’ancien Premier ministre lors de la présidentielle d’août 2016 et président de la commission de la CEMAC, Daniel Ona Ondo (73 ans), l’aura appris à ses dépends cette semaine à Paris. Sans ménagement, plusieurs activistes proches de l’opposition gabonaise l’ont fait passé un sale quart d’heure dans les rues parisiennes ce jeudi soir, l’obligeant à trouver refuge à bord d’un taxi.

La crise post-électorale gabonaise née de la réélection controversée d’Ali Bongo vient de faire une nouvelle victime. Il s’agit de l’ancien Premier ministre d’Ali Bongo, Daniel Ona Ondo, pris à partie par plusieurs activistes gabonais qui ont à la base voulu l’interpeller sur la situation du Gabon. Désormais aux commandes de la CEMAC, Ona Ondo n’aura eu la quiétude qu’après avoir pris la poudre d’escampette à bord d’un taxi, bien que secouru par sa garde rapprochée.

Lire aussi >>> Crépin Gwodock et le beau-père d’Ali Bongo humiliés à leur tour à Paris

Selon nos confrères de Gabonactu, la "vidéo humiliante" de cet incident a vite fait "le tour des réseaux sociaux" car diffusée en direct sur Facebook. Dans celle-ci, l’on entend Daniel Ona Ondo qui ne s’y attendait pas, dire qu’il est "un gars bien né". Avant d’essuyer le courroux des opposants au régime d’Ali Bongo. Dans la vidéo de l’altercation, on peut entendre l’un des activistes s’insurger : « A cause d’eux (les tenants du régime de Libreville, ndlr), nous sommes des exilés politiques. A cause d’eux, on ne peut rentrer au pays. Le Gabon est entrain de souffrir et vous venez vous pavanez ici  ».

La vidéo de l’incident

Une "humiliation" condamnée naturellement et immédiatement par les tenants du régime de Libreville. L’un des premiers à s’y coller est certainement Renaud Allogho Akoué, l’actuel patron de la CNAMGS qui n’a pas caché sa "profonde tristesse". "J’ai suivi les attaques et injures subies par Son Excellence Pr. Daniel Ona Ondo (...). Je condamne avec fermeté cet acte d’un autre âge qui ne peut se justifier sous aucun prétexte", s’est-il indigné hier soir sur Facebook.

Depuis l’élection "volée" à l’opposant Jean Ping, la diaspora gabonaise est particulièrement active contre le régime d’Ali Bongo et ses soutiens. Plusieurs officiels gabonais qui ont le malheur de séjourner en France sont pris régulièrement à partie. Dans cette guerre larvée, le beau-père d’Ali Bongo décédé le mois dernier, Edouard Valentin, avait été en 2017 l’une des victimes de choix de cette crise post-électorale qui est restée bien vivace depuis août 2016.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile