21:26

Fonction publique

Cure d’austérité : le Gabon a remercié 4 923 fonctionnaires début 2019


Economie
  • Cure d’austérité : le Gabon a remercié 4 923 fonctionnaires début 2019 © 2019 D.R./Info241
Publié le 24 juillet 2019 à 06h20min

La cure d’austérité des autorités gabonaises contre ses fonctionnaires et autres agents de l’Etat continue de porter ses fruits. Selon les chiffres officiels, au premier trimestre de cette année, ce ne sont pas moins de 4 923 agents qui ont quitté la Fonction publique gabonaise soit un dégraissage de 4,5%. Cette baisse est tout de même moins importante que celle de fin 2018 où le pays s’était dégarni de 5,6% de ses effectifs publics.

Selon les chiffres communiqués par la Direction générale de l’économie et de la politique fiscale (DGEPF), les 3 premiers mois de l’année 2019 auront été ceux de la baisse des effectifs dans l’administration publique. Ainsi, le nombre fonctionnaire a baissé de 4,5% pour s’établir à 97 110 agents comparativement à la même période en 2018. Une baisse qui s’explique par le gel des recrutement décidé en août 2017 et la mise en retraite systématique des agents.

A l’inverse, les effectifs de la main-d’œuvre non permanente (MONP) ont augmenté de 332 agents pour s’établir désormais à 1 433 agents. Cette cure d’austérité déclenchée par le gouvernement gabonais sur recommandation du FMI depuis juin 2018, a ainsi touché selon ces données, uniquement la Fonction publique hors collectivité locale et agents en présalaires. Un dégraissage des effectifs qui devrait se poursuivre jusqu’en 2021 avec notamment le gel des recrutements et la fermeture de plusieurs agences jugées budgétivores.

« La tendance baissière des effectifs de la fonction publique traduit la volonté des autorités à maîtriser la masse salariale dans l’Administration centrale. C’est dans ce contexte que plusieurs mesures d’ajustements sur les effectifs ont été prises en 2018, notamment celle prolongeant le gel des recrutements pour une période de 36 mois jusqu’en août 2021, à l’exception des seuls ministères chargés de la Santé, de l’Éducation Nationale, des Affaires sociales et de la Défense ; la mise à la retraite systématique des agents atteints par la limite d’âge ou encore de la rupture des contrats concernant les agents civils contractuels âgés de plus de 60 ans », a conclu la DGEPF dans sa note de conjoncture trimestrielle.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile