impunité

Crimes rituels au Gabon : l’éternel holocauste ?

Crimes rituels au Gabon : l’éternel holocauste ?
Crimes rituels au Gabon : l’éternel holocauste ? © 2016 D.R./Info241

L’écrivain Jocksy Ondo Louemba, auteur de Something is wrong, pointe dans cette analyse l’épineuse question des crimes rituels dont les autorités gabonaises, accusées à tort ou à raison de connivence, ne parviennent pas à stopper cette inhumanité qui perdure déjà depuis plusieurs décennies dans le pays. Retour chronologique sur cet « holocauste » qui décime de leurs organes, les plus pauvres, pour servir le pouvoir « mystique » des plus huppés, aveuglés par la hantise du « pouvoir ».

Depuis plus de trente ans, le Gabon connait un phénomène macabre : les crimes rituels. Des personnes sont assassinées avec une cruauté inouïe et leur organes prélevés pour assurer à leurs commanditaires pouvoir et richesse. Maintes fois dénoncée, la course aux « organes du pouvoir » s’emballe. Le cas de la récente disparition de 8 personnes en un mois dans la ville de Fougamou qui a mis cette paisible bourgade en émoi, est la preuve que le massacre, l’holocauste continue.

Les « crimes rituels » sont étroitement liées à une croyance : celle que si l’on assassine avec actes de barbarie une personne en lui prélevant des organes, ceux-ci apporteront à celui qui les possède pouvoir, richesse, charisme… Au Gabon, certainement plus qu’ailleurs en Afrique, cette croyance est largement répandue et connait un succès qui loin de rebuter, attire de plus en plus tous ceux qui aspirent à obtenir la corne d’abondance et le pouvoir sur ses semblables.

Une pratique étrangère aux coutumes du pays

Les sacrifices humains sont pratiqués par de nombreuses civilisations depuis l’antiquité. Les sacrifices humains étaient pratiqués entre autres par les civilisations mésoaméricaines qui pratiquaient la cardiectomie.

En Afrique, il est recensé des civilisations où le meurtre rituel était pratiqué notamment en Afrique de l’Ouest où des personnes étaient mis à mort offertes à des divinités à des fins diverses. Toutefois, chez les peuples qui composent l’actuel Gabon, les croyances plaçaient la vie humaine au-dessus de tout. Pour ces peuples de savanes mais surtout de foret, la préservation de la vie humaine, mais aussi de la faune et de la flore -comme qui dirait aujourd’hui de l’éco système – était un principe sacré avec lequel on ne transigeait pas.

Une pratique récente, qui a su gagner en puissance et en cruauté

Les premiers cas de crimes rituels sont murmurés au Gabon dans les années 70, à cette époque le pouvoir totalitaire (il n’est pas non plus question de comparer Omar Bongo à Hitler…) qui enserrait dans ses serres la petite population gabonaise interdisait toute contestation. C’est donc en toute discrétion que les parents de victimes enterraient leurs morts, craignant s’ils osaient demander justice d’être mis en prison ou pire subir le sort de leurs disparus.

Le premier à parler des sacrifices humains au Gabon est Pierre Péan dans Affaires Africaines, publié en 1983. Il raconte l’histoire très connue au Gabon de cette dame appelée « Vovo », secrétaire d’un très haut dignitaire du Parti Unique au Gabon ( PDG), très proche du « grand camarade » qui aurait été interpellée avec la tête d’un enfant dans sa voiture…

Le même Pierre Péan, rapporte que pour empêcher la victoire de François Mitterrand en 1981 à l’élection présidentielle en France (on craignait alors que l’arrivée des socialistes à l’Elysée mette fin au pouvoir du parti unique et de son président fondateur), un homme a été sacrifié. Cet homme a été assassiné pour rien.

En 1988, coup de tonnerre. Le Gabon découvre avec effroi et stupeur un professionnel des crimes rituels, Mba Ntem qui vient d’assassiner de la manière la plus effroyable qu’il soit (prélèvement d’organes, actes de cannibalisme, section de la main droite…) un professeur d’anglais de 36 ans au cours d’une cérémonie à laquelle a pris part de nombreux adeptes dont certains seraient de haut dignitaires.

Arrêté grâce à la détermination de la famille de sa dernière victime, Mba Ntem déclarera lui-même avoir déjà mangé six personnes. Toutefois, des indices et des témoignages concordants tendent à prouver que ce chiffre est largement en deçà de la réalité. De plus, bien que cela ne soit jamais été évoqué, « le boucher d’Owendo » n’a jamais dit à qui était destiné les organes qu’il prélevait au cours de ses sanglantes cérémonies. La main droite de sa dernière victime n’a par exemple jamais été retrouvée et il n’a jamais révélé à qui nommément elle avait été destinée.

La mise au grand jour de cette sombre affaire, n’a pas stoppée les crimes rituels au Gabon, au contraire ! Au cours de la décennie 90, il était fréquent de retrouver sur les plages de Libreville (et ailleurs) des corps atrocement mutilés dont il manquait toujours les mêmes parties précieuses : le cœur, la langue, le sexe…

Enfant, j’ai moi-même grandit dans cette peur effroyable de « la voiture noire » du nom de ces voitures qui enlevaient les enfants à la sortie des écoles. Enfants que l’on retrouvaient souvent quelques jours après, morts, vidés de leur sang avec des organes en moins.

Avec le développement des nouvelles technologies depuis les années 2000, les cas de crimes rituels sont de plus en plus signalés. Parfois grâce à la ténacité des forces de sécurité, de vrais « camps de dépeçages » sont découverts. Ces camps où convergent les victimes enlevés à divers endroits et où elles sont sauvagement assassinées et bien entendu « soulagées » de leurs organes qu’on appelle dans le jargon « les pièces détachées ».

Sang, pouvoir et richesse

Pourquoi massacre-t-on depuis si longtemps des personnes au Gabon ? Selon Jean Elvis Ebang Ondo, (dont le fils a été sauvagement assassiné au cours d’un crime rituel) président de l’Association de Lutte Contre les crimes Rituels (ALCR) : « Au Gabon (…), l’accession aux postes politiques et la préservation du pouvoir nécessitent, selon une conception bien évidemment fausse, le sang et les sacrifices humains ».

Au Gabon, si les coupables de crimes rituels sont parfois arrêtés, hormis un sénateur désigné comme tel, on n’a jamais désigné et arrêté de commanditaires de crimes rituels même lorsqu’ils nommément désignés par les « dépeceurs ». Pourquoi ? Qui les protège ? Qui a le pouvoir d’étouffer les affaires ?

Pointé du doigt, le gouvernement a réagi en promettant la prison à vie à tous les personnes reconnues par la Justice comme auteurs de crimes rituels. Seulement, depuis aucune cour ne s’y est employée. Pour l’heure, l’holocauste continue. Des gabonais continuent à être sacrifiés à la déesse de la cupidité et de la cruauté.

Récemment à Fougamou, huit personnes ont été sauvagement assassinés et leurs organes prélevés. Les présumés assassins de ces huit personnes ont été arrêtés. Parmi ces huit personnes assassinés, parce qu’elles existaient, se trouvait Ety, il était en classe de 1ere S au lycée Léon Mboumba, il avait 19 ans.

*Auteur de Something is wrong Sarkozy, Gbagbo, Lumumba, Congo, Israël, Démocratie, Immigration…(en cours de réédition).


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article