Web-Stat analytics
Spéculation

Confinement : les Librevillois étranglés par la hausse des coûts de transport

Confinement : les Librevillois étranglés par la hausse des coûts de transport
Confinement : les Librevillois étranglés par la hausse des coûts de transport © 2020 D.R./Info241

À l’heure où le Gabon compte désormais plus de 800 cas testés positifs au Covid-19, l’inflation devient elle aussi galopante. Alors que les populations éprouvent de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts, voilà qu’elles font face depuis plusieurs jours à hausse des coûts de transport. Une augmentation des tarifs par des transporteurs véreux qui font fi des recommandations des autorités en la matière.

En prenant pour moyen de locomotion un taxi ou un clando dans Libreville, c’est avec amertume que l’on se rend compte que les recommandations des autorités gouvernementales sur la spéculation des tarifs et le nombre de passagers dans un véhicule sont bafouées par les transporteurs opérant dans ce secteur. Seuls ne pratiquent pas cette surenchère mal vécu par les clients, les chauffeurs de taxis-bus qui respectent les tarifs habituels, homologués sur les longs trajets.

Des déplacements de plus en plus onéreux

Pour les usagers des axes tels que Nkembo-Cocotiers, Nkembo-Gare routière, Nkembo-Nzeng Ayong, UOB-ENS, Ambowet-Alibendeng etc, ce n’est pas du tout la joie. Malgré les sensibilisations des autorités auprès de ces opérateurs économiques, rien n’a changé. Interrogés sur les motivations de cette augmentation des tarifs, ces transporteurs arguent la baisse de leurs recettes journalières et optent pour une augmentation de 100 FCFA sur le tarif habituel payé pour un court trajet exécuté tantôt par le clando, tantôt par un petit taxi.

De plus, ces transporteurs ne respectent pas le nombre de passagers fixé à deux pour leurs véhicules. Ils prennent régulièrement trois passagers ce qui ferait au total 600 FCFA par voyage. Un chiffre d’affaires au dessus de celui qui était habituellement obtenu avant la crise sanitaire. Bien que cette activité économique soit majoritairement aux mains d’étrangers, il serait tout de même souhaitable qu’ils s’alignent à la réglementation officielle et à l’esprit de solidarité censé animer tous les habitants du pays pour faire échec à la pandémie.

Malgré les nombreuses interventions des syndicats des transporteurs pour dénoncer ces pratiques capitalistes, et devant l’entêtement de ceux-ci, il serait grand temps que les autorités prennent leurs responsabilité pour véritablement remettre de l’ordre dans ce secteur. Car ces agissements préoccupent au plus haut point les populations du Grand Libreville, orphelines du transport public ou gratuit qui n’arrive pas forcément dans les artères et quartiers.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article