Confinement

Coronavirus : le gouvernement gabonais veut encore prolonger de 45 jours l’état d’urgence !

Coronavirus : le gouvernement gabonais veut encore prolonger de 45 jours l’état d’urgence !
Les deux ministres hier, au cours de leur audition au Sénat © 2020 D.R./Info241

Alors que la polémique sur la fin de l’état d’urgence sanitaire imposé en raison de la pandémie de coronavirus continue d’enfler, le gouvernement gabonais veut clairement prolonger ce dispositif législatif qui accable les populations. Au pas de course, les ministres de la Santé et de l’Intérieur ont fait face hier aux deux chambres du Parlement pour obtenir une nouvelle prolongation de cette loi restrictive de nombreuses libertés publiques depuis la survenue de la pandémie le 12 mars dernier.

Malgré la tendance baissière de l’épidémie au Gabon, le gouvernement de la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda ne veut pas lâcher l’état d’urgence sanitaire, le dispositif légal mis en place pour remplacer l’état d’urgence décrété pour faire face à la pandémie de Covid-19. Les gabonais devraient donc vivre au rythme des restrictions imposées depuis plus de 6 mois par le gouvernement. Celles-ci comprennent outre le confinement, un couvre-feu national de 20h à 5h et l’interdiction de rassemblement de plus de 10 personnes.

Ce mercredi, les ministres de la Santé et de l’Intérieur ont été auditionnés à l’Assemblée nationale et au Sénat sur deux projets de loi y relatifs. Le premier porte sur la ratification de l’ordonnance N°00000007/PR/2020 portant modification de certaines dispositions de la loi N°003/2020 fixant les mesures de préventions, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires. Le second sur la ratification de l’ordonnance N°00000008/PR/2020 portant prorogation des mesures de prévention, de lutte et de riposte contre la Covid-19.

Le gouvernement gabonais par la voie de ses deux ministres demandent une nouvelle fois aux parlementaires de prolonger l’état d’urgence sanitaire de 45 jours. Ce, alors que le précédent prolongement avait expiré le 27 septembre dernier. Non, retorquent les tenants du pouvoir qui établissent le début du compte à rebours non pas au 14 août, date de son adoption, mais au 19 août, date de la publication du texte au Journal officiel. Un imbroglio juridique dont se sort les autorités, arrivant toujours à faire valoir des arguments contestés par l’opposition.

Une chose est sûre, la fin du confinement souhaitée par les populations et la fin des restrictions gouvernementales ne figurent toujours pas au tableau des ambitions de l’équipe politique de Rose Christiane Ossouka Raponda. Les deux chambres parlementaires contrôlées par le parti présidentiel devraient sauf surprise de dernière minute, entériner les deux textes de loi d’ici à ce vendredi, au grand dam des populations.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article